Foire éco-bio d’Alsace #31

Du 17 au 21 mai 2012 aura lieu, à Colmar, la 31ème foire éco-bio d’Alsace ; à cette occasion, l’association Kokopelli tiendra d’ailleurs  un stand.

Un article suivra bientôt sur cette association ; aujourd’hui, je vous propose de découvrir le principe de la Foire éco-bio.

Historique

affiche-2emeTout commence en 1972, lorsque Henri Bannwarth, pionnier de la viticulture bio, met en place avec quelques amis un circuit de distribution des produits biologiques. A cette époque, l’agriculture biologique était au mieux considérée comme une douce utopie, au pire comme un délire de hippies ; seuls quelques agriculteurs réalisent que le monde s’engage, à travers l’usage intensif des pesticides et des engrais, dans une voie vouée à l’échec.

Humanistes, contestataires, opposants au nucléaire, à la surconsommation et au règne du dollars, quelques paysans avant-gardistes créent alors, dans la région de Rouffach, une mini-foire autour du pain, du fromage et du vin ; c’est l’amorce d’un projet qui ne va cesser de prendre de l’ampleur au fil des années, alors que le pays rebondit de crises économiques en crises agricoles, auxquelles se mêlent divers scandales sanitaires.

L’évènement rencontre un petit succès et perdure ainsi, d’une année sur l’autre, grâce à l’action de quelques bénévoles ; mais il faudra attendre les années 80 et la reconnaissance officielle par l’état de l’agriculture biologique pour que les choses commencent vraiment à bouger.

Ainsi, en 1981, quatre agriculteurs se regroupent et organisent la première foire pour l’agriculture biologique, la solidarité et la lutte contre le nucléaire ; celle-ci se tient à Rouffach même, et permet aux producteurs bio de mettre en avant leur travail et d’accéder à un réseau de distribution organisé.

Cette foire perdure grâce au soutien du public, sans aucune autre forme de subvention ; au fil des années, elle gagne en ampleur, mais ne sera véritablement reconnue qu’en 1986.

Replaçons-nous dans le contexte ;  à cette époque, la centrale de Tchernoblyl vient d’exploser, les pouvoirs publics annoncent qu’en France tout va bien, les radiations ne passent pas nos frontières. Face à ce laxisme du gouvernement, les organisateurs de la foire se mobilisent, contestent et interpellent le public, appelant à la nécessité d’une contre-culture. La foire gagne ainsi en notoriété, et le nombre de visiteur ne cesse de croître chaque année.

En 1990, on note un nouveau tournant dans l’histoire de l’association : chaque foire annuelle répond désormais à un thème et, le public étant au rendez-vous, la foire s’installe en plein coeur de Rouffach. Ainsi, en 1998, la foire éco-bio fait notamment partie des précurseurs qui lancent le débat sur les OGM.

Face à l’affluence de plus en plus importante de visiteurs, la foire atteint bientôt ses limites en terme de croissance ; en 2006, le thème de la décroissance attire ainsi quelques 30 000 visiteurs ; la ville est débordée et, pour des raisons de sécurité, la foire éco-bio déménagera pour Colmar l’année suivante.

En 2006, la foire devient l’un des 10 signataires de la charte d’Aytré, dont voici le texte :

1. Cette charte regroupe les foires et salons (et non l’organisateur, même si la cohérence voudrait que toutes les manifestations d’un organisateur soient empreintes de cette même approche) qui s’engagent à présenter les alternatives militantes, cohérentes et solidaires à la société actuelle, dans un cadre convivial.
2. La manifestation, et ses animations, doivent dépasser la simple fonction marchande pour être un lieu d’échanges et d’informations.
3. Les signataires de cette charte s’engagent dans leur organisation :
a)- à tendre aux économies d’énergie et de matières (utilisation de lampes économes, de WC secs, de vaisselle réutilisable, limitation de la moquette, tri des déchets…).
b)- à privilégier l’utilisation des éco-produits (papier recyclé, sacs réutilisables sans matière plastique, produits d’entretien…) et des éco-labels (Imprim’vert…).
c)- à être à l’écoute des exposants et des visiteurs.
d)- à se concerter et être en bonne intelligence (calendrier, thème, lieu géographique…) avec les foires et salons déjà existants.
e)- à faire respecter les lois en vigueur sur les manifestations publiques (lieu non-fumeur, garanties sociales, affichage des prix, des labels et mentions…).
4. Les signataires de cette charte veillent à ce que :
a)- les participants de ces manifestations (exposants, conférenciers, animateurs…) ne soient pas, de notoriété publique, xénophobe, raciste, violent, pro-OGM, pro-nucléaire, sectaire, mercantile ou opportuniste… et qu’ils s’engagent à respecter les droits sociaux établis.
b)- la sélection des exposants et le choix des conférenciers et animateurs soient fondés sur leur cohérence globale, leurs démarches écologique et sociale et dans le respect d’autrui.
c)- cette sélection tende à privilégier les exposants de proximité, les producteurs, les circuits courts, les meilleurs écobilans, les options en amont des problèmes (en opposition aux solutions à ce problème), et qu’elle reste très vigilante quant aux “délocalisations” pratiquées.
d)- les exposants tiennent leur stand dans le souci des autres exposants et des visiteurs (éviter les pollutions sonore et visuelle, le débordement du stand, l’encombrement des allées, respecter les horaires, s’interdire toute forme de racolage et la distribution systématique…).
e)- pour les produits issus du monde végétal et animal, de l’alimentaire et de ses dérivés -y compris les ingrédients utilisés pour la restauration sur place-, et d’une manière générale, tous les produits d’origine organique devront être, si cette certification existe, certifiés conformes à la réglementation européenne biologique (label AB pour la France) ou respecter les cahiers des charges bio reconnus, indépendants et contrôlés des marques privées.
f)- dans le domaine de la santé, les exposants ne pratiquent, sur le salon, ni d’acte médical ou paramédical ni de bilan de santé.
g)- dans les autres secteurs (habillement, habitat…) la préférence aille à des produits certifiés.
h)- les animations jeunesse proposent des activités et jeux à vocation écologique, pédagogique,
environnementale, non-violente et/ou citoyenne.
5. Les signataires de la présente charte participent au réseau inter-salons d’échange de pratiques et d’informations.
6. Les adhésions à cette charte se font par approbation unanime des signataires d’origine après présentation par deux parrains déjà signataires.
Un renouvellement d’adhésion est nécessaire pour toute nouveauté importante dans l’organisation, le fonctionnement, l’orientation ou la sélection.
Le départ se fait sur simple demande.
7. Ne peuvent se revendiquer de cette charte que les foires et salons éco-bio et alternatifs qui l’ont dûment signée. Elle est évolutive et mise à la disposition du public par ses adhérents signataires.

L’année suivante, du 2 au 6 juin 2011, elle fête ses trente ans et invite pour l’occasion Albert Jacquard.

La foire en 2012

foire-eco-bio-alsace-2012Cette année, pour sa 31ème édition, la foire éco-bio d’Alsace convie la Belgique, et Coline Serreau sera l’invitée d’honneur et participera à plusieurs conférences ; en outre, trois de ses films seront projetés : Solutions locales pour un désordre global, La belle verte, et Saint Jacques… La Mecque.

Sur le thème La ville en éco-transition, de nombreuses conférences sont prévues avec notamment Serge Latouche, Jean Ziegler ou encore Luc Schuiten ; le programme s’annonce varié !

En plus des débats et conférences de cette petite université populaire, des ateliers pour adultes et/ou pour enfants proposeront également des activités diverses autour du jardin, des cosm’éthiques, de l’auto-construction, du cheval de trait du Haut-Rhin, du vélo, de la forge et du fer…

Je voudrais aussi attirer tout particulièrement votre attention sur l’atelier “Cuisine bio végétarienne équilibrée pour citadins pressés”, animé par Christine Ackermann, et qui aura lieu le jeudi 17 mai à 11h. D’autres ateliers culinaires sont prévus au fil des jours, et la “Dégustation commentée des vins d’Alsace” du vendredi 18 mai à 11h me tente bien aussi. Clignement d'œil

Pour en savoir plus, je vous invite à aller regarder le programme complet de l’édition 2012 sur le site de la Foire (dispo ici en PDF), ou a visiter la page Facebook.

Quelques informations pratiques

La foire se situe au Parc Expo de Colmar et aura lieu du 17 au 31 mai 2012.

Horaires des caisses : tous les jours : de 10 h à 22 h, et le lundi : de 10 h à 17 h.

Tarifs : pour la journée : normal =6€, réduit = 5€ (sauf lundi, tarif réduit à 4€). Le forfait 5 jours est à 18€.

L’entrée donne accès à tous les stands et ateliers, conférences, concerts et projections de films : sauf pour la dégustation de vin, où il vous faudra débourser 5€ supplémentaires, et le concert de Zebda (18 mai à 20h) pour lequel il faut compter 25€.

A noter également, l’existence d’une garderie gratuite à partir de 3 ans, tous les jours de 11 h à 18 h.

banderole

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
1 CommentaireLaisser un commentaire »
  • 6 juillet 2012 Répondre
    nicolas faure opticien dit:

    Merci pour votre article
    « A cette époque, l’agriculture biologique était au mieux considérée comme une douce utopie, au pire comme un délire de hippies »
    On entend toujours ce genre de choses !!

Laisser un commentaire:Obtenir un Gravatar

*requis

*requis - ne sera pas publié



CommentLuv badge

Et aussi, en Alsace...
... Ou ailleurs sur la toile
A découvrir
Association Végétarienne de France Voir le site de OneVoice

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera
Email
Print