Hitler était-il végétarien ?

C’est en général un point sur lequel les végétariens sont attendus au détour ; vous aurez beau expliquer que vous êtes végétarien par compassion envers les animaux, par éthique, et être à milles lieues de la pensée nazie… Il y aura toujours, forcément, quelqu’un pour vous rappeler qu’Hitler, lui aussi, était végétarien !

Eh bien non !

Il est temps de “clouer le bec” (expression si peu végane !)  aux mauvaises langues. Tout d’abord, il semble peu probable que l’homme responsable du plus grand massacre humain connu, en ait eu quelque chose à cirer de la cause des animaux. Mais laissons plutôt parler les faits…

Entre propagande et réalité…

Hitler avait pour habitude d’avilir ses ennemis en les traitant de “sales chiens”, “gorets”, “animaux”, vivant dans des “porcheries”… De toute évidence, ont est bien loin des discours des protecteurs des animaux !

Pourtant, le Führer était réputé pour aimer ses chiens, et notamment son berger allemand, Blondi. Mais il n’hésitait cependant pas à le frapper à coups de fouet ; ainsi Ian Kershaw écrivit-il : “avec ses chiens, comme avec tout être avec qui il entrait en contact, toute relation était fondée à la subordination au maître qu’il était”1.

S’il est vrai qu’il tentait d’éviter la viande, ce n’était pas par compassion, mais pour calmer son “estomac nerveux”, sur les conseils de son médecin. Ainsi en témoigne une lettre de 1911, dans laquelle il écrivait : “Je suis heureux de pouvoir vous informer que je me sens déjà beaucoup mieux […]. Ce n’était rien qu’un petit dérangement de l’estomac, et je tente de me soigner par un régime de fruits et de légumes”2.

Néanmoins, Hitler ne renonça jamais complètement à ses plats préférés de viande, notamment aux saucisses bavaroises, aux boulettes de foie et au gibier farci. La cuisinière Dione Lucas, qui a travaillé à Hambourg avant la seconde guerre mondiale, écrit dans la préface d’un de ses livres : “Je ne veux pas vous gâcher l’appétit pour les pigeonneaux farcis, mais cela vous intéressera peut-être de savoir que c’était un grand favori de M. Hitler, qui dînait souvent à l’hôtel”3.

De plus, dès son arrivée au pouvoir en 1933, Hitler s’empressa d’interdire les sociétés végétariennes en Allemagne ; il fît arrêter leurs chefs et fermer la rédaction du principal magazine végétarien publié à Francfort. Toutes les organisations végétariennes étaient interdites dans les territoires occupés 4.

Le mythe de l’ascétisme et du végétarisme d’Hitler fut principalement l’oeuvre du ministre de la propagande, Joseph Goebbels, ainsi que le pense l’historien Robert Payne 5 :

“L’ascétisme de Hitler joua un rôle important dans l’image qu’il projetait sur l’Allemagne. Selon une légende à laquelle beaucoup croyaient, il ne fumait ni ne buvait, il ne mangeait pas non plus de viande et n’avait aucune liaison. La première affirmation seule était vraie. Il buvait de la bière et souvent du vin coupé d’eau, il aimait tout particulièrement les saucisses bavaroises et il avait une maîtresse, Eva Braun, qui vivait avec lui discrètement au Berghof – entre autres aventures discrètes avec des femmes. Son ascétisme était une fiction inventée par Goebbels pour faire croire au don total de sa personne, au contrôle qu’il exerçait sur lui, à la distance qui le séparait des autres hommes. En faisant publiquement étalage de son ascétisme, il pouvait prétendre être tout dévoué au service de son peuple”.

Enfin, Hitler se moquait ouvertement de Gandhi, convaincu qu’il était que la force prime sur tout le reste et que seuls les puissants méritent d’hériter de la terre ; il était méprisant envers toute forme de philosophie non-violente et végétarienne.

Enfin, cette dernière anecdote finira peut-être par rétablir la vérité ; Peter Sichrovsky raconte dans son livre Born guilty, children of nazi families (1988) :

Pour éliminer tout ce qui pouvait en eux être faible ou gentil, certains membres des SS devaient élever un berger allemand pendant 12 semaines, puis étrangler le chiot devant un officier”.

Alors, Hitler, un ami des bêtes ? La comparaison me semble plus que douteuse…


1 Hitler, 1889-1936 : Hubris, Ian Kershaw, éd. Flammarion 1999
2 The heretic’s feast, a history of vegetarianism, Colin Spencer, Fourth Estate, 1990
3 http://en.wikipedia.org/wiki/Dione_Lucas (lien anglophone)
4 Un éternel Treblinka, Charles Patterson, éd. Calmann-Lévy, 2008.
5 The life and death of Adolf Hitler, Robert Payne, Praegner, 1973.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
13 CommentairesLaisser un commentaire »
  • 27 septembre 2010 Répondre
    Flocon dit:

    « Il y aura toujours, forcément, quelqu’un pour vous rappeler qu’Hitler, lui aussi, était végétarien ! »

    C’est effectivement une vieille ficelle qui est utilisée par les non végétariens pour évacuer leur propre mauvaise conscience au regard de leur pratiques alimentaires en usant de la culpabilité par association.

    Tu es végétarien? -> Hitler était végétarien ->Tu es comme Hitler!

    Le point Godwin est servi d’entrée! C’est évidemment fallacieux.

    On peut répondre dans la même veine : Tu prends de l’aspirine? Hitler aussi prenait de l’aspirine!

    J’ai remarqué le même type d’argument fallacieux pour culpabiliser le végétarien cette fois-ci : « Tu ne manges pas de viande au prétexte que etc. Sais-tu que les plantes elles aussi souffrent quand on les coupe? »

    Ces deux réponses toutes prêtes révèlent bien que culpabilité et mauvaise conscience inconscientes sont à l’œuvre chez ceux que « dérangent » les végétariens.

  • 28 septembre 2010 Répondre
    Gwalibeth dit:

    C’est le fameux cri de la carotte dont nous parle Insolente Veggie ;-) Sinon je n’avais jamais pensé à l’argument de l’aspirine, il faudra que j’essaye pour voir !
    Je suis complètement d’accord avec toi sur le fond, je pense que les non-végétariens se déchargent de leur culpabilité en trouvant des arguments plus ou moins fallacieux afin d’essayer de nous faire culpabiliser à leur place…

  • 12 octobre 2011 Répondre
    Syou dit:

    Bonjour,

    Par pure innocence j’aurais envie de répondre à  » les plantes souffrent !  » :  » Ah oui ? Penses-tu qu’elles vont aussi au paradis ? Crois-tu que nous devrions ériger des cimetières pour que leur âme repose en paix ?  » Tant qu’à être ridicule…

  • 6 décembre 2011 Répondre
    Troff dit:

    Vous prenez tout ça bien trop au sérieux, c’est juste une façon de se moquer des végétariens, pas de les faire culpabiliser! Pour les plantes pareil, vous croyez vraiment qu’un non-végétarien croit à cet argument ? C’est juste pour charrier les veggies.
    Il ne s’agit pas d’une décharge, on n’est pas honteux de manger de la viande, on l’apprécie même (ah les cuisses de canard confites, miam !). Ne croyez pas qu’on soit jaloux de votre choix, ou qu’on culpabilise, ce serait d’une naïveté touchante.

    Il n y a pas de complot non-végétarien pour oppresser les végés, on s’en fout en fait, vous faites vos choix (ce que je respecte) nous les nôtres, ça va pas plus loin.
    Bref, ce sont juste des blagues.

    • 9 janvier 2012 Répondre
      Didier Z dit:

      « vous faîtes vos choix (ce que je respecte) nous les nôtres »… sous-entendu : respectez-moi, même si je vais à l’encontre de vos convictions.
      Ainsi, il faut respecter les meurtriers car s’ils ont choisis de tuer, ils respectent notre choix de ne pas le faire. Comme tout est beau et rose dans le monde des omnivores… Allez, encore une fois ils refusent le combat d’idée clair et net en invoquant ce coup-ci la grande tolérance. Chacun est libre de faire ce qu’il veut, alors ne va pas critiquer le meurtrier, le violeur, le tortionnaire, le tueur d’abattoir, car ils ne font que s’amuser, se faire plaisir, comme toi, petit végan lubrique, en avalant tes carottes.
      Certes égorger un animal n’est pas comme tuer un homme. Ils crient et saignent pareillement, mais ce n’est pas pareil. 99 % des omnivores français n’auraient pas le cran d’égorger un agneau mais comme quelqu’un le fait pour eux, on mange et on ne se pose plus de questions. Quelle lâcheté !
      J’ai effectivement remarqué que la plupart des mecs qui friment en mangeant de la viande sont des lâches. N’ayant pas le courage des vrais guerriers, ils s’imaginent qu’en ingérant la chair d’un animal tué en abattoir cela va faire d’eux de grands chasseurs ou des Hommes avec un grand H. Voilà une petite vérité qu’ils feraient bien de méditer longuement s’ils veulent se bâtir une âme solide.

      • 27 juillet 2013 Répondre
        Claude B dit:

        C’est en vous lisant mon cher Didier qu’on s’aperçoit que les végétariens comme vous donnent une mauvaise image d’eux-mêmes. Vous vous tirez une méchante balle dans le pied en crachant votre fiel à base d’intolérance et d’agressivité, le tout sans fondement et argumentatons aucuns. Une bêtise toute humaine finalement. Heureusement que les animaux ne sont pas aussi cons !

        • 28 mai 2014 Répondre
          Nico dit:

          Monsieur Claude B, encore quelqu’un qui préfère s’en tenir à des attaques personnelles plutôt qu’à un réel débat fondé sur des arguments concrets. Asseyez vous 30 secondes et rendez-vous compte que vous employez les termes « intolérance » et « agressivité » (je passe sur « bêtise », car dans le fond le véganisme ne rend pas intelligent pour autant) pour désigner un monde de vie fondé sur le respect et la tolérance de toutes les espèces. Malheureusement des personnes autant haineuses que vous l’êtes sont nuisibles à la planète et bien trop souvent l’ouvrent à tort et à travers. Il faudrait certainement que vous acceptiez de combattre certaines de vos frustrations et d’accepter l’insignifiance de votre passage dans le monde des vivants. Mais je sais bien qu’avec un fort caractère comme le votre vous préférez foncez tout droit pour ne surtout jamais avoir à reconnaitre une de vos erreurs. Si les personnes comme vous s’écoutaient plus et réalisaient qu’être humain c’est être faillible, que nos complexes peuvent tous être surmontés sans avoir à décaler ses rancoeurs sur d’autres objets, alors nous avancerions tous ensemble. D’ici là, sur votre lit de mort vous pourrez vous sentir fier d’avoir contribué à tirer l’humanité un peu plus vers le bas.

  • 19 septembre 2012 Répondre
    végétalis dit:

    TROFF:Votre choix consiste àfaire passer votre plaisir culinaire avant la souffrance et la vie des animaux .La viande est totalement inutile diététiquement à l’etre humain.prendre la vie des betes vous parait logique parce que c’est pas vous la victime!

    • 4 avril 2014 Répondre
      Mat dit:

      Vous voyez les animaux qui servent l’alimentation des non-vegetariens comme des « victimes ». Il s’agit deja d’une vue de l’esprit.

      Je ne crois pas qu’il y ai juste d’un plaisir culinaire, mais il s’agit plus d’un mode alimentaire omnivore base sur la recolte et l’elevage. Et celui ci, peut se faire avec le plus grand respect de la nature vegetale et animale.
      Le seul argument que je peux vous conceder c’est la perte de lien dans les societes modernes ou l’acte de se nourrir de viande consiste simplement a acheter une barquette et balancer sa viande dans une poelle, ou pire avaler un sandwich contenant la viande deja cuite et masquee par le reste. A savoir que cette perte des realites est vrai aussi pour le vegetarien qui acheterait ses produits tout prets en boutique specialisee et desirerais pouvoir manger des legumes et fruits ainsi que des feculents meme hors-saison! Il est pour moi egalement a blamer.

      Pour finir, pour revenir au sujet sur Hitler, une seule chose est sur, c’est qu’il faisait vraiment attention a son alimentation a base de produits frais, avait cuisinier et gouteur attitres pour s’assurer de la qualite de ses aliments surtout pour ne pas etre empoisonne. Sa tendance a etre plutot « vegetarien » dans le sens simpliste : manger principalement des fruits et legumes frais, ne vient pas d’un choix de vie, ni du respect animal, mais de sa folie.

  • 1 juin 2013 Répondre
    Pouette dit:

    Le problème de cet article est que les seules sources fiables qui sont citées (lettre personnelle de Hitler, témoignage de sa cuisinière, son interdiction des sociétés végétariennes) concernent la période avant 1933. Or, c’est plus tard que Hitler est devenu végétarien.

    Par ailleurs, l’idée qu’il s’agirait d’un mythe entretenu par Goebbels dans un but de propagande n’explique pas tout. Par exemple, il n’explique pas le témoignage de l’une des gouteuses de Hitler qui a gouté l’ensemble de ses plats de 1942 à sa mort sachant que cette personne n’était pas pro-Hitler et qu’elle a témoigné de ces faits en 2012.

    Les faits tendent bel et bien à prouver que Hitler était végétarien et se souciait – jusqu’à un certain point – des animaux, ne vous en déplaise.

    Cela dit, ça n’enlève rien à l’idiotie du commentaire « Ah t’es végétarien ? Hitler l’était aussi ». Hitler avait aussi un chien et je n’ai jamais entendu personne dire au propriétaire d’un chien « Ah tu as un chien ? Hitler aussi ».

  • 1 novembre 2013 Répondre
    jacques dit:

    hitler etait vegetarien … et il etait un homme de compassion, surtout envers les animaux .C’est Eva Braun qui avait la tache de lui faire son regime vegetarien ..Quand Hilter ordonna que l’ont ferme les magasins vegetarien . c’etait pour 2 raisons … la premiere ; les profit de la viande etait , pour le financement du 3 eme Reich . deuxiemement ; enlever toute forme de compation en temps de guerre .

  • 16 juillet 2014 Répondre
    Miré Boti dit:

    Le végétarisme est souvent posé comme un débat moral ou éthique, alors que c’est un fait anthropologique ou historique. Les inuits auraient-ils pu conquérir l’Arctique en faisant pousser de la salade? Les Québécois et les Canadiens auraient-ils pu conquérir un pays qui donne une récolte en aout? Les fruits et légumes qui sont transportés dans des cales de Boeing à 10 000 km qui contribuent au changement climatique qui tueront par famine des millions d’enfants du Sud sont-ils une alternative? Faut-il bannir la chasse? La pêche? L’élevage? Multiplier le transport aérien et la richesse pétrolière? Quant aux « meurtriers », je soulignerais nous ne les écartelons plus sur la place publique depuis longtemps (oui c’est une façon de les respecter). Je n’entends pas souvent les végétariens me parler des droits humains, de la pauvreté dans le Sud, des famines, des populations d’Afrique qui aimeraient bien de temps en temps grignoter un morceau de viande grillée (mon dieu, est-ce moral?).

  • 6 octobre 2014 Répondre
    Bobo baba dit:

    l’homme responsable du plus grand massacre humain connu… ce sont Mao et Staline, pas Hitler… http://ikonal.com/wp-content/uploads/2011/05/infographie-dictateur-16335.jpg
    Clouer le bec… mais commencer par tourner 7 fois sa langue dans sa bouche… pleine de salade !

Laisser un commentaire:Obtenir un Gravatar

*requis

*requis - ne sera pas publié



CommentLuv badge

Et aussi, en Alsace...
... Ou ailleurs sur la toile
A découvrir
Association Végétarienne de France Voir le site de OneVoice

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera
Email
Print