A tous ces faux végétariens

flexclock27lf2Alors voilà, j’en ai marre : après les pecos-végétariens, les flexitariens et  les “végétariens” qui consomment des fruits de mer, voilà que débarquent les néo-végétariens.

Ou comment surfer sur la vague hype du végétarisme, sans devenir végétarien pour autant, parce que la viande / le poisson, c’est quand même vraiment trop trop bon pour arrêter vraiment.

Commençons par définir ces termes bidons :

Le pesco-végétarien

Il ne consomme pas de viande, mais du poisson, oui. Le pesco-végétarien n’est donc pas végétarien, puisque par définition, il mange du poisson, qui est un animal (certes, c’est une vérité de La Palice, mais ce n’est pourtant pas évident pour tout le monde).

Le volaillo-végétarien

Lui aussi, il est quasi-végétarien ; sauf qu’il consomme encore des animaux à plumes : poulet-frites, dinde de Noël, et bien sûr, foie gras…

Le “végétarien” qui consomme des fruits de mer

Lui il est amusant, parce qu’il se permet de cracher sur le “pesco-végétarien” tout en faisant pareil, mais différemment. Il argumente sa position en affirmant que les mollusques ne souffrent pas, car il s’agit d’une forme de vie primaire, bien plus proche du légume que de l’animal. Comment a-t-il acquis cette certitude scientifique ? C’est un peu flou, mais ça ne l’arrête pas.

Le flexitarien

Il a une alimentation majoritairement végétarienne, mais consomme ponctuellement de la viande et du poisson (généralement, une à deux fois par semaine en moyenne). Il n’est donc pas végétarien, puisqu’il consomme encore des animaux.

Le néo-végétarien

C’est nouveau, ça vient de sortir, accrochez-vous bien : d’après e-santé, le néo-végétarien est un végétarien “qui consomme des viandes et des poissons en quantité limitée”.

Donc, en gros, c’est un flexitarien, non ?

Donc ce n’est PAS un végétarien !!!

Car, pour rappel : le végétarien, le vrai, ne mange aucun animal d’aucune sorte.

Sinon, on retombe dans une dérive spéciste qui consiste à penser que certains animaux valent mieux que d’autres, méritent davantage d’être aimés/sauvés/etc. C’est en gros affirmer que les poissons ou les poulets sont trop cons pour souffrir alors ils ne méritent pas d’être sauvés, on peut donc les manger ; par contre les lapins et les vaches ont une bonne bouille, pis des yeux expressifs ; mais bon, on aura quand même moins d’empathie pour eux que pour le chien ou le chat, qui sont des animaux de compagnie intelligents qu’on peut se permettre d’aimer (mais moins qu’un humain, cela va de soi, l’humain étant le must des créations de Mère Nature).

La folie des étiquettes

etiquetteTout ça pour dire que je trouve aberrant ce besoin de compartimenter les gens selon ce qu’ils mangent / ne mangent pas, dans ce qui est (à mon avis) une vague tentative de surfer sur la vague écolo / végé / bon pour la santé.

J’encourage à 100% la démarche flexitarienne, ou néo-végétarienne, bref, celle qui consiste à réduire sa consommation de viande ; pour moi, c’est un pas positif en direction du végétarisme, et mieux vaut un flexitarien qu’un carniste convaincu (le carniste, c’est le type qui adore la viande, revendique la viande, et limite ne mange pas de légumes avec sa viande).

Cependant, dans les deux cas, on a bien affaire à une personne ayant une alimentation omnivore, et donc, par définition, non-végétarienne. Les flexi qui se font passer pour des végétariens m’insupportent au plus haut point, car ils entretiennent la confusion et le trouble qui règne autour de la définition du végétarisme. Soit on est végétarien, soit on mange des animaux, mais on ne peut pas être les deux à la fois ; encore une vérité de La Palice, mais qui semble bien difficile à comprendre pour certains…

Sinon, à quand les végétariens carnivores ?!…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
116 CommentairesLaisser un commentaire »
  • 31 juillet 2011 Répondre
    Laurent dit:

    Je ne connais pas personnellement de personne qui se prétendent végétariennes mais qui n’en sont pas, mais c’est vrai que ça m’énerverait pas mal ! Mais de diminuer la quantité d’animaux mangée et de lui attribuer un nom c’est quand même déjà ça ! Même si ce n’est pas une fin en soit !

  • 2 août 2011 Répondre
    Simon dit:

    Ma copine mange du poisson et se dit végétarienne, et justement elle utilise l’argument cité plus haut… Je n’ai jamais compris sa logique!

    • 24 août 2014 Répondre
      callos dit:

      elle est pécétarienne donc non végétarienne

  • 2 août 2011 Répondre
    Gwalibeth dit:

    Oui, je crois que les « végétariens » qui mangent du poisson sont les plus courants… Visiblement, le poisson suscite moins d’empathie que les autres animaux !

    • 20 septembre 2012 Répondre
      grainedananar dit:

      Sémantique toujours :
      Si ceux-celles qui ne mangent pas de viande de mammifères ni d’oiseaux mais mangent des poissons, s’appellent des pesco-végétariens, alors, comment pourrait-on appeler une personne qui ne mange pas de poissons mais continue la viande : viando-végétarienne ? hi hi hi
      Est végétarien, l’individu qui ne se nourrit pas de chair animale. N’est-ce pas simple ? Et pourtant il semble qu’il faille parfois préciser « qui ne mange pas de chair d’animaux terrestres ou aquatiques »…

      Ceci dit, tout effort pour réduire la mise à mort des animaux et ne pas cautionner leurs conditions d’(in)existence est à saluer…

      • 16 octobre 2012 Répondre
        Gwalibeth dit:

        Bien d’accord avec vous ! :)

      • 20 mai 2013 Répondre
        animo dit:

        site: http://membres.multimania.fr/vegetarisme/definition.htm
        chacun leur évolution face au végétarisme.

      • 12 septembre 2013 Répondre
        Titan dit:

        viando-végétarien : Hahahaha, pas mal, c’était mon régime alimentaire pendant les 25 premieres années de ma vie !!

        pis ya enore des différences entre le strict et le VG un peu large (je pense aux bonbons ou dessert a la gélatine, aux fromages à la presures, ect …) le plus simple étant évidemment d’être VGL pour plus se prendre la tête :p

        • 12 septembre 2013 Répondre
          Gwalibeth dit:

          Mmmh il y a des végétricheurs ! ;)

    • 21 septembre 2012 Répondre
      végétalis dit:

      Les personmes qui se disent végétariennes et qui mangent du poisson ou de la volaille sont avant tout des faux végétariens spécistes.Il ne faux pas chercher plus loin! Ce sont des gens qui généralement considèrent à tort qu’il faut à tout prix inclure une viande dans leur alimentation pour avoir un l’équilibre alimentaire et et qui souvent aussi ont peu d’empathie pour les poissons.

      • 25 mars 2014 Répondre
        Non végétarienne dit:

        Bonjour,

        Je passais sur ce forum par hasard et je suis tombée sur vos commentaires.
        Je réponds sans doute un peu tard mais je trouve que vous y allez tous un peu fort et que vos propos sont violents.

        Personnellement, j’ai décidé cette année d’arrêter la viande, mais pas le poisson. Non pas pour suivre une mode, ou me faire passer pour une végétarienne, ou encore parce-que je fais partie de ceux qui croient qu’il faut une viande à chaque repas.

        Non, j’ai arrêté la viande pour ma santé, car je sais que ça peut être lié à beaucoup de maladies cardiaques ou autres. Les chaînes de production de viande sont à mon sens inhumaines, beaucoup plus que les endroits où sont élevés les poissons. De plus, beaucoup d’animaux sont sans arrêt sous médicaments. Bref j’ai plusieurs raisons.

        Je sais que ça ne fera pas plaisir à certains, et je comprends profondément vos raisons pour être végétariens. Nous ne sommes pas faits pour manger autant de viande, et j’apprends chaque jour que nous pouvons nous en passer.

        Je suis ravie de ne plus être complice des mauvais traitements faits aux animaux par la même occasion, et je sais que les poissons sont des animaux aussi. Il me semble juste qu’ils sont mieux traités que d’autres (je peux me tromper).

        Je voulais juste vous apporter mon témoignage, car vos propos à tous m’ont semblé un peu forts et les gens ont parfois leurs propres raisons, pas les mêmes, mais nul besoin d’être aussi virulents !

        Tout part d’un bon sentiment : savoir ce qu’on mange et l’impact qu’on peut avoir sur notre corps et sur les êtres vivants qui nous entourent.

        Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée,

        Une « pesco-végétarienne » qui passait par là

  • 4 août 2011 Répondre
    Kardinal dit:

    C’est effectivement assez lourd de voir que des gens se prétendent être ce qu’ils ne sont pas vraiment. Ca prête d’autant plus à confusion pour les néophytes qui en sont encore à croire qu’un végétarien peut manger du poisson ou de la volaille et que les végétaliens consomment du miel.
    Mais on y arrivera à force, à faire respecter les définitions exactes… Un jour…

  • 5 août 2011 Répondre
    Chloé dit:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, je te rejoins à fond sur ce coup!
    Ce qui m’énerve le plus c’est cette hiérarchisation des animaux, surtout envers les poissons, ils sont aussi mal traités voir plus que d’autres animaux.
    (Je t’avoue que je ne me considère pas, moi-même, comme une pure végétarienne car j’ai beau ne plus manger du tout de viandes, de poissons et d’oeufs depuis plus 1 an il m’arrive parfois de consommer du cuir ou des produits cosmétiques/ vestimentaires d’origine animal).
    Pour moi, si on choisit de devenir végéta*ien, on joue le jeu à fond en arrêtant toute consommation de produits animal. Les gens se considérant comme étant « flexi-végétarien » ou je ne sais quoi d’autre, ne sont tout simplement pas assez concernés par la cause animal pour avoir l’envie de se priver de viandes. Je pense que c’est loin d’être une question de goût (il y a encore 1 an j’adorais le saucisson, le jambon…ect, mais aujourd’hui même si mes goûts n’ont pas changé, si on m’en forçait à en manger -il faudrait d’ailleurs à cette personne bcp de persévérance- il me serait impossible de trouver ça bon en connaissant son processus de production). Ca doit dépendre des végétariens mais pour moi les convictions, et les croyances que j’ai envers les hommes et les animaux passe bien au-dessus, et ont transformé, le plaisir que j’ai éprouvé auparavant en mangeant de la viande.

    Je ne sais pas si mon commentaire était clair, mais tout ça pour dire que quelqu’un qui se dit végétarien alors qu’il consomme du foie gras à Noël parce que « c’est trop bon, et qu’il peut faire un écart pour une fois » (comme si c’était un régime ou un aliment interdit par maman), n’est qu’un speudo-végétarien.

  • 6 août 2011 Répondre
    David dit:

    Bonjour, je me pose une question « philosophique » depuis quelque temps : les végétariens peuvent-ils manger des insectes ?
    Je suis végétarien, je n’ai jamais mangé d’insectes (sauf lorsque je fais du vélo…) et j’en n’ai pas vraiment envie, mais est-ce qu’en manger va à l’encontre de la philosophie végétarienne ?

    • 7 août 2011 Répondre
      Gwalibeth dit:

      A vrai dire, je n’ai jamais vraiment eu envie de manger des insectes, j’en ai même un peu peur ! Je pense qu’ils font partie du règne animal, et ne rentrent donc pas dans une alimentation végétarienne. Mais nul n’est à l’abri de l’asticot caché dans une cerise ou une salade, sans que ce soit forcément volontaire, un peu comme en vélo ! ;)

  • 12 octobre 2011 Répondre
    Syou dit:

    Bonjour,

    C’est vrai que ces termes peuvent créer le flou. Mais en même temps c’est peut-être une bonne chose qu’ils existent car ça diversifie le phénomène si je puis dire et peut le rendre plus accessible. Une personne qui me dit qu’elle veut réduire sa consommation de viande et décide en plus de s’identifier à un mouvement en se nommant comme elle le souhaite, pourquoi pas, c’est un premier pas qui permet de sauver quelques vies et en plus ça l’amène en douceur vers les causes plus profondes et, peut-être, lui permettra d’entrer en contact avec des personnes végétariennes voire végétaliennes. Il faut savoir qu’un végétarien n’est pas très crédible pour un végétalien, mais l’important c’est que la démarche a commencé, que les questions se sont posées. Cela peut engendrer quelques frustrations, mais en aucun cas une personne consommant moins de viandes, ou plus de viandes mais du poisson, ne m’énervera puisque des vies sont sauvées par son action, et ça c’est une bonne chose.

    Il y a des gens dans mon entourage, loin de se nommer mais qu’ils m’ont dit qu’ils feraient plus attention à leur alimentation, et mangeraient moins de viandes. Dans mon argumentation, j’ai essayé de privilégier les aspects bénéfiques pour eux d’une meilleure alimentation, d’une autre façon de consommer, vu que j’ai conscience qu’il est difficile de changer radicalement. Je peux parler de ma façon de voir les choses, mais en aucun cas je ne souhaite les convaincre ; cela peut paraître contradictoire, mais quand on veut convaincre, consciemment ou non, nous pourrions être amenés à faire preuve d’intolérance et de forcer la main à l’autre, et aussi ne pas l’écouter et être heureux quand il dit qu’il fera un effort, quand bien même il n’en fera pas, dans un avenir proche.
    Moi-même j’ai mis des années à comprendre et, pendant ce temps-là, mon alimentation n’avait strictement pas changé. Mis à part quelques régimes hypocaloriques où je mangeais plus de légumes, moins de viandes, mais ça n’avait rien à voir avec un problème de conscience…
    Il paraîtrait que le Dalai-Lama lui-même eût été long à changer son alimentation : je ne pense pas que l’on puisse parler, pour lui, d’imbécile ou de personne dépourvue d’humanité.

    Il faut persévérer dans notre démarche. Vivre comme on l’entend dans le végétalisme si c’est le mode de vie que nous avons choisi. Laissez l’autre venir à nous et se montrer ouvert à lui pour répondre à ces questions de la façon la plus pragmatique qui soit sans chercher à convaincre ni à juger. Il est grand, il saura faire la part des choses. Les gens ne sont pas contre nous, même s’ils mangent de la viande, nous faisons parties d’un tout commun. Il n’y a pas de végétaliens, en vérité, ou de carnivores ou omnivores, il y a des hommes avec leurs connaissances, leur conscience, leur vie… Chacun cherche le mieux qu’il y a pour soi. Nous devons rassurer, guider, aider si besoin. Je pense aussi que les débats, surtout s’ils tournent mal sont mauvais pour notre image, pour celle de l’Homme en général. Si l’on veut mettre en avant notre humanité il faudrait, peut-être, revoir nos comportements, à savoir s’ils s’accordent ou non avec ce que nous pensons être, ce que nous mettons en avant dans nos discours. L’humanité, dans sa noblesse, ce n’est pas ne plus manger de la viande, on peut très bien être mangeur de viande et plus humain qu’un non mangeur de viande, car, je crois, que l’humanité c’est quelque chose de bien plus fort que cela, c’est quelque chose de profond qui amène à la paix et à l’amour altruiste de son prochain, cela comporte bien plus de choses qu’un simple régime alimentaire.

  • 23 janvier 2012 Répondre
    question dit:

    Bonjour à tous.
    Juste un point de vue, être pour ou contre les différentes façons de vire « son végétarisme » me semble trop binaire. Qu’importe les ovo, lacto, néo, and co… Ce qui compte à mon sens est la prise de conscience individuelle de la souffrance animale. Par la suite la prise de décision de réduire le régime carné. Pourquoi par exemple critiquer un « néo » qui tente avec sa faiblesse toute humaine de s’arranger avec sa conscience? C’est déjà un grand pas pour la cause animale non? Si l’humanité était néo le monde animal serait plus enviable qu’aujourd’hui. Alors au lieu de critiquer, de classifier, d’exclure ce que l’homme fait à merveille, il semble plus porteur d’intégrer, de reconnaître la démarche effectuée et d’encourager. Souvent même si le fond est concret, une position extrême rend le discours inaudible.

  • 25 janvier 2012 Répondre
    TristanDouille dit:

    Bien d’accord avec le message qui me précède.

    Le végétarisme, c’est une façon de se nourrir d’accord, mais aussi un état d’esprit qui promeut entre autre la TOLERANCE, le RESPECT des différents modes de vie.

    Alors entre les « on y arrivera à force » et les « persévérer dans notre démarche », vous n’avez pas l’impression de donner un peu dans le prêchi prêcha et la moralisation ?
    C’est à mon avis le problème de beaucoup de végétariens, cette façon d’essayer de convaincre les non végétariens qu’ils sont dans l’erreur, façon croisade… cela nuit à l’image du végétarisme.

    • 26 janvier 2012 Répondre
      Gwalibeth dit:

      Je pense, plus simplement, qu’être végétarien correpond à une certaine définition ; en l’occurence, ne pas manger de viande ni de poisson. Si l’on en mange, même de temps à autre, on peut se considérer « végé friendly », mais pas végétarien ! Ce terme correpond à une définition bien précise, alors pourquoi tenter de brouiller les pistes ? Ce n’est pas, pour moi, une question de « degré de pratique » : ainsi je ne me définis pas comme végétalienne, même si cela représente 90% de mon alimentation, car je mange encore de temps à autres du fromage et des viennoiseries.

  • 26 janvier 2012 Répondre
    Rose des vents dit:

    Je suis heureuse de voir que des VG ne sont pas si agressif envers les  »semi-omnivores » ou  »semi-végétariens ». Je trouve que beaucoup de VG sont autant plus  »violents » dans leur discourt envers les non-VG qu’un grand carnivore. Je mange végétarien et même végétalien à la maison ou au travail à 90% de mon alimentation. Je me définis comme une  »semi-végétarienne ou une demi-végétarienne » à mon entourage pour leur démontrer que mon alimentation est davantage plus VG qu’omnivore. Je le fais pour ma santé et l’environnement et pas juste contre la cruauté envers les animaux. Je ne dis jamais que je suis végétarienne car je sais que je le suis pas à 100%. Je mange du poulet 1 à 2 fois par 2 mois. Et alors? C’est déjà vraiment bien cette action pour la planète. Par cette définition hybride, mon entourage sait que je ne mangerai pas de viande rouge et on est pris plus au sérieux sur notre mode de vie alimentaire. Ils font plus attention à moi et mon copain pour les choix des plats, des restos en famille. Le végétarisme se vit toujours par une transition. Je me questionne pourquoi il y a tant de jugement envers les gens qui essaient de limiter leur consommation animal sans autant arrêter tout d’un coup ou sur la non-acceptation des variances dans le végétarisme? Je ne fais aucun jugement envers des carnivores ni sur les définition du végétarisme. Je suis légalement une catholique car mes parents m’ont baptisés mais non pratiquante. Est-ce qu’un catholique pratiquant va me juger de ne pas être une vraie catholique puisque je n’applique pas à la lettre les pratiques religeuses du Vatican ? Je ne pense pas… Je crois qu’on arrive dans un mode  »progressif du végétarisme ». J’arrive à plus convaincre les gens vers le végétarisme avec une approche progressive. Mes parents, ma grand-mère ont adaptés leurs recettes. Je peux que me réjouir des efforts pour nous et cela fait office d’apprentissage à cuisiner autrement. Ça intrigue les gens même et sont plus ouverts à cette idée. Dans les médias et les médecins commencent à encourager les gens à limiter la viande suite à des études sur la santé ou pour l’environnement. Y’a des livres sur le végétarisme à temps partiel.

    Je suis d’accord avec Question et TristanDouille que de partir en croisade donne une très mauvaise image au végétarisme voir extrèmiste ou des frustés de la vie. Non seulement on peut se critiquer entre VG et carnivores et entre végétariens sur la façon d’être végétarien. Dans la famille de mon copain, une végétalienne disait à son beau-père  »mangeur de cadavre » devant le buffet à noel….et devant plusieurs carnivores. Pas champion du tout pour convaincre de manger VG et au contraire. Cela a été très mal vu. J’ai une amie qui se dit végétarienne depuis 22 ans mais mange du poisson alors que le végétarisme n’était pas très connu au Québec à l’époque. Elle a sauvé beaucoup d’animaux dans sa vie et jamais un végétalien ou végétarien ne l’a jugé car elle mange du poisson. Je ne comprends pas d’où vient cette  »gué-guerre » sur les définitions du végétarisme.
    C’est ma façon de voir les choses car j’ai un pied dans le monde omnivore et l’autre végétarien. Je souhaite un peu plus de tolérence, d’harmonie et d’encouragement entre VG et non-VG pour un monde meilleur et peu importe qu’on doit un vrai végétarien, végétalien ou partiellement végétarien.

    • 8 août 2014 Répondre
      audrey dit:

      Ayant mangé peu de viande pendant longtemps (et donc parfois cataloguée végétarienne), je peux te répondre.

      Les végéta*iens ne sont pas intolérants, mais comme des gens mangeant peu de viande ou du poulet ou du poisson se disent végétariens ou semi-végétariens, nous passons en effet pour des extrémistes quand toute consommation est coupée, ça fait trop peur aux gens (en étant végane, j’t’en parle pas :p ) . En général, on est taxés d’extrémistes même si l’on n’insulte pas les omnivores, mais juste en leur exposant les raisons qui font qu’on l’est devenus. C’est comme si pour certaines personnes, on était une secte, et qu’on allait essayer de les convertir… (on me l’a déjà sorti)

      Ce n’est pas une guéguerre, mais le poids des mots est important.
      Si je suis attirée par les garçons et les filles avec une préférence pour les filles, je ne vais pas me définir comme semi-lesbienne. Je me définirai comme bi. Et en alimentation, être bi, c’est être omnivore, point.

      Il est parfois normal que les végéta*iens soient critiques, car il y a des gens qui sont de mauvaise foi et critiques eux-même, qui ne se rendent pas compte des conséquences que la consommation de viande aura et a déjà (ils mangent des animaux bourrés de saloperies) sur eux, leur environnement, les populations pauvres, et les animaux. Ce sont les premiers qui diront « Où va le monde » à la prochaine grippe aviaire, qui se plaindront d’avoir du cholésterol. C’est comme les gens qui prennent mal qu’on remarque leur trop grande consommation de clope.

      Etre critique et vouloir se battre pour une cause ne fait pas de nous des extrémistes ou des frustrés de la vie, au contraire, en cela, on est moins cyniques que ceux qui pensent que leur vie sera vide sans bout de bidoche, et qu’un bon repas est plus convivial si l’on ne se pose pas de question sur la nourriture.

  • 2 mars 2012 Répondre
    Alex dit:

    Je viens d’apprendre via internet que je suis pesco-végétarienne, je ne me définissais pas jusqu’à aujourd’hui et je dis tout simplement que je ne mange pas de viande, pourquoi ? tout simplement car je n’aime ni le goût ni la texture et ce depuis toute petite. Ca a toujours été la croix et la bannière pour me faire avaler un morceau de viande alors depuis qq années je préfère choisir de manger ce que j’aime, par contre je ne vais pas faire la fine bouche si des légumes ont été cuits dans le même pot que la viande, je les mange car j’adore ça. J’ai plusieurs amis qui ne mangent pas de poisson car ils n’aiment pas ça et il ne répondent pas à une terminologie pour autant ! Tout est question de goût et c’est triste de choisir un régime alimentaire pour toute autre raison.

    • 8 août 2014 Répondre
      audrey dit:

       » Tout est question de goût et c’est triste de choisir un régime alimentaire pour toute autre raison. »

      Pourquoi ce serait triste ? Si ça nous rendait malheureux depuis longtemps de manger des animaux ? Ca ne me manque pas de manger de la viande et du poisson, quand je sais comment ça a été fait.
      Si tu vas dans un resto et que tu vois les serveurs cracher dans ton plat, est-ce que tu seras triste ou dégoûtée de ne pas le manger ?

      Pour moi être végétalienne, c’est se rendre compte qu’on peut manger autre chose que le choix par défaut qu’on nous impose. D’autres aliments inconnus jusqu’alors, des mélanges surprenants et variés.
      C’est comme si pour moi, on m’avait mariée à la naissance avec l’omnivorisme, sans me demander mon avis, pour me rendre compte ensuite que je pouvais avoir un mari qui me corresponde, partage mes valeurs et me rend plus épanouie.

      Et je ne vois mais alors vraiment pas ce qu’il y a de triste là-dedans.
      Si, une chose. Que je l’ai pas fait plus tôt.

  • 7 mars 2012 Répondre
    Gwalibeth dit:

    Ce n’est pas forcément une question de goût ; mon ego de végétarienne en prend un coup, chaque fois que ma mère se désole en me rappelant que j’adorais les barbecues bien viandards, avant… C’est avant tout, pour beaucoup de végétariens, une question d’éthique !

  • 13 mars 2012 Répondre
    Rita dit:

    Le poisson est une animal. De même que les crustacées ! Ca bouge, ca se nourrit, ca se reproduit, ca n’a p’tetre pas la même intelligence qu’un humain, mais je comprends pas que certaines personnes ne les classent pas au rang d’animaux. Effectivement je suis d’accord pour dire que ce serait comme hierarchiser l’intelligence animale au profit de son assiette.
    … Passons, en plus le poisson ca a un gout ignoble, ca vient de la mer qui est sale ( et dans certains cas, comme pour le saumon, c’est génétiquement modifié… ), et les industries du poisson, ne parlons même pas de leur politique et de leur ethique, puiqu’ils n’en ont aucune.
    Enfin perso, je part du principe que manger du poisson, c’est comme manger un blaireau écrasé depuis une semaine au bord d’une autoroute prés d’une centrale nucléaire. Toujours envie de fish and chips ?

    • 28 juillet 2013 Répondre
      Renaud dit:

      La mer c’est sale, les poissons baisent dedans.
      Et puis c’est vrai que tout le monde devrait penser comme toi et détester le poisson, t’as totalement raison.

  • 20 mars 2012 Répondre
    Dreamrise dit:

    Personnellement mes convictions sont claires: je ne mange pas de viande mais je mange du poisson lorsque que celui est issue de pêches « non-industrielles » (ce qui fait que je n’en mange que très rarement). On me dit souvent, donc tu es « pesco-végétarienne »? Je répond souvent que suivant la réel définition du mot « végétarien » je ne le suis pas mais en même temps .. Enfin tout est un peu embrouillé dans ma tête et à la vu de cet article quelque peu révolté j’ai voulu mettre au clair mes idées. J’espère que vous pourrez m’éclairer à ce sujet..

  • 13 avril 2012 Répondre
    jurikette dit:

    Hey,
    Tombé sur ce blog en cherchant justement le lien entre poisson et végétarisme, je suis assez d’accord sur l’ensemble des propos.
    Sauf que scientifiquement, il y a consensus autour du fait que les invétébrés ne ressentent pas de douleur. Ce lien du parlement canadien contient pas mal de référence : http://www.parl.gc.ca/Content/SEN/Committee/372/lega/witn/shelly-f.htm. Mais comme le dit la conclusion de l’article :  »Il est certes impossible de connaître avec certitude l’expérience subjective d’un animal, mais l’ensemble des données donne à penser que la plupart des invertébrés n’éprouvent pas de douleur. La preuve est assez forte dans le cas des insectes; pour les autres animaux (en parlant des invétébrés), il y a consensus autour du fait qu’ils n’éprouvent pas de douleur. » Ce n’est donc certes qu’une probabilité très forte. Mais, je peux comprendre les végétariens qui mangent des fruits de mer et des insectes. D’ailleurs, on dit bien  »fruits de mer » et non pas  »animaux de mer ». Non?

    • 13 avril 2012 Répondre
      Gwalibeth dit:

      Il est vrai que la pieuvre, par exemple, n’a pas de nocicepteurs, ces fameux récepteurs qui lui permettent de ressentir la douleur physique. Pourtant, il s’agit d’une espèce intelligente, capable d’apprentissage et certainement douée de conscience de soi ; alors question ; qu’est-ce qui prime ? La sentience d’un être que l’on a du mal à vérifier / évaluer, ou l’absence de douleur physique comparable à celle que nous pouvons ressentir, qui pourrait ainsi justifier les pires traitements envers cet animal ?

      Votre lien affirme par ailleurs : « Nous ne savons rien de leur réponse hormonale au stress, et nous ne pouvons donc pas déterminer s’ils manifestent une réaction physiologique analogue à la nôtre face aux stimulus négatifs. Nous ne connaissons guère leur système de communication visuelle et par conséquent, nous ne savons pas s’ils émettent des signaux particuliers en cas de douleur. En considérant les trois critères susmentionnés, il n’y a guère d’indice que ces animaux éprouvent de la douleur. Néanmoins, il se peut qu’en en découvrant davantage à leur sujet, on puisse prouver qu’ils sont capables de souffrir. »
      En gros, on est loin de la preuve scientifique, les chercheurs admettants eux-même à plusieurs reprises qu’ils ne sont sûrs de rien.

      Enfin, si un consensus scientifique est à priori important et constitue une opinion réfléchie, il ne s’agit pas pour autant d’une preuve scientifique vérifiée, objective et irréfutable – en témoigne le consensus sur la non-dangerosité des OGM, qui a permis leur commercialisation à grande échelle, et qui est aujourd’hui en passe de disparaître.

      Quant à débattre de la dénomination des « fruits de mer » ou « crustacés », on pourrait tout aussi bien parler « d’animaux de compagnie » et « d’animaux de boucherie ». C’est culturel, et les mots sont ce que nous en faisons. Mais rabaisser ces crustacés que l’on a encore tant de mal à comprendre à des « fruits » (ce qui n’est, au passage, pas du tout scientifique comme démarche), n’est-ce pas plutôt une façon de se déculpabiliser et de s’autoriser à les manger puisque, de toute façon, ils sont trop idiots pour comprendre ce qui leur arrive ?…

      Enfin, les omnivores mangent peut-être des insectes et crustacés, mais ce n’est pas le cas des végétariens, qui ne consomment aucune chair provenant d’un animal quel qu’il soit (volontairement, en tout cas, le cas du moucheron dans le saladier de laitue est un faux débat). N’en déplaise à l’ego de certains, le végétarisme correspond à une définition précise, et ce n’est pas moi qui l’ai inventée.

  • 31 mai 2012 Répondre
    Sidonie dit:

    Gwalibeth, je ne suis pas tout a fait d’accord avec ça. Je suis relativement jeune et débutante en tant que pesco-vegetarienne, mais je consomme que du poisson PECHE et non ELVE … et je ne le fais pas parce que c’est « trop bon » comme tu dis, mais pour ma santé, les carences non merci! entre manger un poulet qui a mal vécu et qui a à moitié bouffé sa voisine de cage , un cochon dont on a scié les dents et coupé la queue, et un poisson pêché qu’a bien vécu dans son petit océan… mon choix est fait et ça ne veut pas dire que j’ai fait le choix d’adopter un type de végétarisme juste pour le « fun »…

    • 21 septembre 2012 Répondre
      végétalis dit:

      Sibonie lapeche dans le monde est en train de piller les océans pour tous les humains qui veulent comme vous manger des poissons qui en plus contiennent du mercure. Sachez aussi qu’au niveau santé,le poisson est l’une des viande qui apporte le plus d’acide urique.

      • 8 août 2014 Répondre
        audrey dit:

        Sans compter qu’en pêchant un poisson en particulier, on pêche en même temps plein d’autres êtres vivants qu’on rebalance morts à la mer (cf. la BD sur le chalutage de Pénélope Bagieu qui a tourné y a quelques mois).

        Des amis à moi friands d’anguille m’ont dit qu’ils ne pourront bientôt plus en manger : en voie de disparition, elle sera bientôt interdite à la consommation.
        C’est le problème de la pêche intensive en milieu sauvage : non supplémentés, les générations n’ont pas le temps de se renouveler.

  • 10 juin 2012 Répondre
    Gwalibeth dit:

    Sincèrement, Sidonie, une alimentation végétarienne ou végétalienne équilibrée ne provoque pas de carence. Le poisson n’est pas un aliment miracle qui te protège ; c’est d’autant moins vrai lorsque l’on sait que les océans servent de poubelle géante à l’humanité entre les dégazages illégaux, le fameux continent de plastique… Enfin, la pêche telle qu’elle est pratiquée actuellement a largement contribué à réduire de 90% la population des espèces de poisson les plus prisées ; l’ONU prévoit un effondrement commercial des pêcheries d’ici 2048 car il n’y aura tout simplement plus assez de poissons dans les océans. Sans compter que la pêche intensive est en train de ruiner la biodiversité marine, et si les océans meurent, l’humanité suivra assez rapidement. Alors ok, ton petit poisson grillé à peut-être « bien vécu dans son petit océan », mais tu participes ainsi à la ruine écologique de notre planète. Alors, sachant que l’on peut très bien vivre sans carence en étant végétarien ou végétalien, explique-moi en quoi ton comportement n’est pas de l’égoïsme ?

  • 3 septembre 2012 Répondre
    végécequevousvoulez dit:

    j’ai envie de te dire, qu’importe l’adjectif que les gens donnent ou non a leurs habitudes alimentaire, les gens on encore bien le droit de manger ce qu’ils veulent!!! tu dois être végétalien vu l’acharnement que tu as contre ceux qui ne mange pas comme toi ( quels regard on les  » carnivores » sur toi? il te jugent ils ne te  » comprennent » pas, ils te rejettent même parfois) sois un peu plus tolérant qu’eux et dit toi que toutes forme de végétarisme est déja une attitude positive. Amen

    • 3 septembre 2012 Répondre
      Gwalibeth dit:

      Oui, les gens mangent ce qu’ils veulent, mais alors qu’ils ne se définissent pas comme végétariens alors que ce n’est pas le cas ! C’est précisément pour cela que je ne me définis pas comme étant végétalienne (perdu, donc), comme je l’ai déjà écrit plus haut ; à la fois par respect pour ceux qui le sont vraiment, et pour ne pas induire les autres en erreur.

      J’admets dans la dernière partie de cet article que réduire sa consommation de viande est toujours un pas en avant ; mais, je me répète encore une fois, d’un point de vue strictement sémantique, si vous mangez du poisson, vous n’êtes pas végétarien ; ce qui n’enlève rien à votre démarche par ailleurs. Simplement, les mots ont un sens, et si on veut parler la même langue, il convient d’y faire attention.

      Enfin, de quelle tolérance devrais-je faire preuve envers des gens qui me rejettent ?! Laisser faire / dire n’importe quoi et tendre l’autre joue ne font pas partie de mes principes.

  • 18 septembre 2012 Répondre
    vegetalis dit:

    Gwalibeth:Sacl’ahez que l’alimentation végétarienne fait souffrir et tuer la grande majorité des vaches et des poules.Quant aux omnivores ,ils savent trés bien ce que les animaux d’elevages endurent mais ils s’en foutent complétement du sort de ces betes là et ils ont le culot de réclamer du respect et de la tolérence pour eux meme. SIDONIE:Vous mangez du poisson cntenant du mercure et de plus le poisson apporte encore plus d’acide urique que la viande d’animaux terrestres.jE RAPPELLE a tous les végétariens qui qui restent végétariens que les produits laitiers et les eux,sont les produits qui fot souffrir et tuer le plus les vaches et les poues.sachez aussi que les oeufs meme bio sont des bombes àcholestérol.iL est aussi immoral de voler des oeufs à une poule que ceux dans le nid d’un merle.

  • 11 novembre 2012 Répondre
    shanna dit:

    bonjours,
    je suis végétarienne depuis 4 ans et j’ai10 ans c’est a dire que j’avait 6 ans quand j ai commencer a etre végétarienne je ne mange ni viande ni poisson mes je mange les oeufs et lait parce que on a pas tuer l’animal se n’ai pas une question de gout j’adore le jambon saucisson mes je me prive parce que selon moi tout etre vivant on le droit de vivre. merci et je suis d’acord avec les végétarien(ne) merci

  • 26 novembre 2012 Répondre
    manuue dit:

    bonjour
    aujourd’hui, en visitant une page web ecolo, je me suis rendue compte que j’etais une pseudo flexitarienne, je ne me nomme pas mais ça m’a fait plaisir de ne pas être la seule…
    Bon mon cas est encore un peu à part, je mange encore de la viande mais je n’en achète plus, je ne veux plus participer à l’abattage en masse d’animaux. Mais si il est dans le plat, je le mange car je n’ai pas non plus qu’en plus d’être tué il finisse dans la poubelle, ça me fait mal au coeur, ça vous énervera peut être, mais j’en vois pas l’intérêt.

    Car il est ou l’intérêt de s’énerver contre des gens qui s’approchent de votre mode d’alimentation ? Vous faites ça pour vous rendre intéressant aux yeux des autres, juste pour vous donner bonne conscience ? Non, enfin j’espère ! Vous n’ êtes pas moins crédibles à cause de nous, l’important est de réduire l’abattage et si c’est plus simple pour certaines personne d’être néo, ou fléxi ou pesco et bien tant mieux, nous tendons vers cet idéal. Et si leur donner un nom nous permet d’en convaincre encore d’autres parce que tout simplement ca leur semble aussi plus « abordable » que d’être végétarien, alors pourquoi pas.

    • 17 juin 2013 Répondre
      Lulu dit:

      Merci!! vous venez d’exprimer clairement le fond de ma pensée.

      Car pareil, j’ai opté une alimentation végé chez moi, au restau et partout où je peux cuisiner ou autres, mais si je rend visite à mes parents une fois l’an et que ma mère a cuisiné un rôti pour toute la famille, je me vois mal jeter mon assiette à la poubelle…. Et je n’ai pas envie d’imposer mon régime alimentaire aux personnes de mon entourage car c’est un choix personnel et il ne regarde que moi.
      Si j’ai des amis qui le savent et qui lorsqu’ils m’invitent cuisine en conséquence (et c’est souvent le cas) tant mieux, sinon, je ne gaspillerai pas de la nourriture !

    • 8 août 2014 Répondre
      audrey dit:

      On ne s’énerve pas contre les gens qui s’approchent de notre mode d’alimentation, on s’énerve plus contre l’apparition de ces termes qui enduisent les gens qui ne s’intéressent pas à la question en erreur.

      Je reprendrai ce que j’ai dit plus haut :
      Ce n’est pas une guéguerre, mais le poids des mots est important.
      Si je suis attirée par les garçons et les filles avec une préférence pour les filles, je ne vais pas me définir comme semi-lesbienne. Je me définirai comme bi. Et en alimentation, être bi, c’est être omnivore (=sémantiquement qui mange varié), point.

      Et si je n’aime que les filles, mais qu’à côté de ça, une fille aimant les filles mais aussi les garçons se dit « semi-lesbienne », alors je lui dirai que non, on est lesbienne ou on ne l’est pas, et qu’il existe déjà un mot pour ce qu’elle est, BI.

      Je ne serai pas énervée contre elle, je ne ferai pas ça pour me rendre intéressante (super oui, de se prendre les réflexions de la belle famille à tout va, je m’en passerai bien!) mais lui rappellerai simplement le sens des mots.
      Mon chéri qui mange encore du fromage (mais plus d’oeufs) ne se dit pas « fromago-végane », il se dit végétarien, parce que c’est ce qu’il est il n’y a rien de mal à ça.

      :) Donc sans rancunes, le végéta*isme n’est pas une élite. C’est une définition, point.

  • 15 décembre 2012 Répondre
    Citron-Lime dit:

    Tant qu’à moi… Une personne qui ne mange pas de viande mais mange du poisson ou encore qui ne mange pas de viande rouge mais mange du poulet…. C’est aussi digne d’intérêt d’être soulignéque quelqu’un qui ne mange pas de brocoli…….. C’est quoi ce besoin de se donner un titre faisant référence au végétarisme ? Si tu veux te targer d’être végétarien (ou végétalien car j’ai de la difficulté à comprendre qu’on puisse ne pas manger de poulet mais manger un oeuf….)…. Eh bien arrête de manger des animaux !! (ou de produit des animaux ou de résidus d’animaux…).

  • 19 décembre 2012 Répondre
    Leyna dit:

    Je pense que ce coups de gueule est surtout ridicule ! Personnellement j’ai 28 ans et je ne mange pas de viande depuis que j’ai 12 ans ! donc oui je me sens et me considere vegetarienne et croyez bien il y a quelques annees, on ne fait pas tant de sous catégories « debiles » !

    C’est toute cette propagande « pro vegetarien » et la culture qui secrée autour qui est particulierement navrante… on a fait de ce mode de nourriture une « mode »… ca devient risible, ridicule et ca tourne a l’extremiste !!! C’est navrant ! personnellement, je suis ainsi parce que je pense juste que c’est ma nature des enfant mes parents n’arrivait pas m’en faire manger. Point, je respecte tt le monde et ne fais pas tant de catégories ridicule, il n’y a pas de « faux vegetariens » et il a vous, tous ces gens qui avez fais de ca une « tendance » au risque de rendre ca pathetique et de nous faire passer des « cingles » !!! Ces catégrories et ces nouveaux mots sont justes a rigoler… c’est vraiment n’importe quoi !!!

  • 2 février 2013 Répondre
    sandy dit:

    bonjour, il est vrai que je ne suis pas vegetarienne et ne me considere pas comme telle, mais je me sert tres frequemment des concept de base des vegetariens pour remplacer la chair sur plusieurs repas par semaine et tout les soirs ( je mange de la viande ou poisson sur trois repas).

  • 11 février 2013 Répondre
    Les recherches les plus “lol” « Le Végétarisme Dans Tous Ses États « Divers « Vegmundo, blog végétarien, végétalien et vegan ! dit:

    [...] les articles les plus consultés sont “Les végétariens mangent-ils du poisson” et “A tous ces faux végétariens” ; ce dernier est également le plus riche en [...]

  • 19 février 2013 Répondre
    mylou dit:

    Je comprend pas pourquoi autant de rage envers des gens qui utilise un mot .
    Etre végétarien pour une question d’éthique c’est pas évident du tout quand on à été éduquer a manger de la viande midi et soir tous les jours de la semaine.

    Si certain arrive à changer du jour au lendemain d’autre vont continuer à craquer un week end de temps en temps , d’autre vont déjà retirer toute viande industriel et de plus en plus toute viande .

    Vous devriez plutôt les encourager comme végétarien et à persévérer car tout comme nous ils ont envie de ne plus manger de viande du tout .
    Ils vont donc sur des forums , des magasins , des blog de végétarien non pas pour vous narguer mais pour trouver des recettes et de la volonté .

    Si ils se disent déjà végétarien c’est non pas pour mentir mais pour le devenir entièrement, pour que leur proche comprennent qu’il ne faut plus leur proposer de la viande , que les restaurants leur propose autre chose exct .

    Heureusement qu’on ne m’à pas cracher dessus pour avoir oser dire que je mangeait végétarien même si ce n’était que 90 pour-cent du temps au début sinon je ne serais jamais arrivé jusqu’au bout sans encouragement .

    Quand au poisson à vous d’expliquer les ravages de la pêche industriel et de l’élevage de poisson ainsi que leur ressentit face à la douleur .
    Mais je pense que c’est « pesco vegetarien  » sont aussis des végétarien en transition sauf si ils mangent du poisson tous les jours .

  • 4 mars 2013 Répondre
    jarmon dit:

    bonjour,

    pour ma part, je suis végétalienne, mais je pense que pour que les gens deviennent végétariens il faut un minimum de tolérance. Si on devient radical dans nos paroles et notre façon de penser on ne pourra pas influencer en douceur des gens qui essayent d’avancer dans le sens du végétarisme.
    Il vaut mieux des gens qui se prétendent végétariens, qui en fréquentes et qui au fur et à mesure arrêteront de manger des cadavres, plutôt que de les juger, les mettre de coté et les braquer. Ce n’est pas parce qu’une chose est évidente pour vous qu’elle est facile pour tout le monde, et une personne qui se prétend végétarien au lieu de s’en moquer fait déjà un pas vers vous, à vous de lui ouvrir des portes sans qu’il se sente jugé et rejeté.
    La tolérance aussi s’apprend

    • 16 septembre 2013 Répondre
      Sputnik MAYA dit:

      Merci Jarmon!!! (une ex pesco vegetarienne pendant 23 ans, vegetarienne depuis 1 an (fini le poisson!!) ,et sur la voie du vegetalisme)
      Luttons contre les maltraitances faites à nos amis animaux et contre les carniste s au lieu de nous en prendre aux pesco vegetariens!!! On se trompe de cible!!!

  • 21 mars 2013 Répondre
    Amélia dit:

    Tu ne devrais pas cracher sur ces pseudos-végétariens. Certes le mot ne leur convient pas et c’est assez aberrant de se prétendre végétarien quand on mange de la viande ou du poisson. Mais toi qui milite pour le droit des animaux tu devrais te réjouir de l’expansion de ces « modes ». Car limiter sa consommation c’est toujours mieux que de ne rien faire du tout ! Certes, tu le dis à la fin de ton article mais le mal est fait, on se sent forcément agressé quand, comme moi, on limite sa consommation de viande, même si je ne me suis jamais prétendue végétarienne…

    Mes motivations d’ailleurs sont loin d’être les tiennes, j’aime les animaux mais je n’ai aucun scrupule à manger de la viande. Après tout les animaux carnivores n’y réfléchissent pas à deux fois avant de sauter sur leur proie. Je ne vois pas pourquoi on devrait faire les choses différemment, nous qui sommes omnivores par nature (nous avons d’ailleurs évolué, à l’origine notre espèce était carnivore). Moi ce qui m’indignent, ce sont les conditions d’élevage intensif. Les bêtes prisonnières dans des enclos minuscules, sur du béton, sans jamais voir la lumière du jour. Sans compter les répercussions sur l’environnement, sur la santé (car manger de la viande tous les jours et même deux fois par jour est loin d’être bénéfique) et sur le porte-monnaie : la viande c’est cher. Bref, je ne vois que des avantages à limiter sa consommation, et que des inconvénients à l’arrêter totalement.

    Je pense d’ailleurs que c’est bien plus efficace de militer pour le néo-végétarisme que pour le végétarisme. Et si c’est devenu une mode tu devrais te réjouir, ne pas te formaliser sur l’appellation, et soutenir ce mouvement de tout ton cœur, car il y a beaucoup plus de gens qui sont prêts à réduire leur nombre de steaks hebdomadaires que de ne plus en manger du tout.
    Si le néo-végétarisme se développe, la consommation globale de viande pourrait diminuer et l’élevage intensif n’aura plus de raison d’être, on préfèrera une viande de meilleure qualité et des conditions d’élevage plus respectueuses du bien-être animal. Ce serait une sacrée avancée tu ne crois pas ?

  • 13 avril 2013 Répondre
    Lily k dit:

    Article très intéressant!!
    J’avoue être passée par certains stades dont tu parles avant de devenir végétarienne.
    A la base, j’ai arrêté la viande rouge et le porc, puis 2 ans plus tard j’étais ce que tu appelles pesco-végétarienne. Depuis 4mois je suis complètement végétarienne.

    Mais avant d’être « pesco-végétarienne » je ne me considérais pas comme tel. Vu que je mangeais de la viande. Faisant partie des « pesco-végétarien » je me considérais végétarienne. On pas par spécisme, mais vraiment parce que j’avais mal compris le terme de « viande ». Je pense que je confondais « viande » et « chair animale ». C’est seulement après avoir lu un article sur les différents types de végétarismes que j’ai compris que. Mangeant du poisson je ne pouvais pas être considérer comme telle. Peu après j’ai lu un article sur le traitement des animaux (poissons compris) et j’ai décidé de militer. Alors maintenant je ne mange plus de chair animale. Quel qu’elle soit. Mais je n’ai pas bien compris le terme de « neo-végétarien » il n’y a aucune différence entre ça et les flexitariens? Dans tous les cas, flexitarien= omnivore et donc pas végétarien.
    Merci pour ce petit coup de gueule :)
    Lily k Articles récents..La fin d’un voyage…My Profile

  • 1 mai 2013 Répondre
    acupuncteur lyon dit:

    Bonjour

    En effet, je crois qu’il est difficile que tout le monde s’octroit le titre de végétarien. Tout simplement il s’agit d’un critère qui définit, qui signifie un choix de vie, une roinetation. C’est un critère d’identité !!!!! Et il ne peut pas définir l’identité de tous. Lorsque quelqu’un décide de réduire son apport en viande, il n’a juste pas forcément beosin de porter un nom !! personellement je mange peu de poissons et viandesl, préférant les protéines végétales mais ce n’est pas un refus, un arrêt catégorique. J’en mange de temps à autre. ERt bien jen’ai rien à décréter !!

  • 6 mai 2013 Répondre
    Gina dit:

    En fait, c’est souvent de l’ignorance, la plupart des personnes autour de moi ne comprennent pas que je ne mange pas de poissons étant végétarienne parce que pour eux le poisson n’est pas de la viande, certes, mais il vit non ?
    On me demande si je suis malade, en carence, en train de mourir :) bref, tout et n’importe quoi… Ma fille devait avoir un retard de croissance, et même mental que sais-je encore ?
    Et non… Elle a 140 de QI et a 4 ou 5 ans d’avance d’âge mental dixit ses derniers tests et elle a sauté sa 3ème… ça ferme le bec à pas mal de monde ;)
    « Ne juge pas les autres si tu ne veux pas être jugé »

  • 28 mai 2013 Répondre
    Mario dit:

    je suis végétarien. Je ne consomme pas de viande, ni poisson, ni coquillage…
    Etre végétarien est un etat d’esprit personnel. Ce mode de vie ne s’impose pas et demande le respect. Autour de moi, j’ai des amis qui consomment des animaux et je reste dans le respect de leur choix. Nous sommes libre de manger ce qui nous plais. Ne consommer que du poisson, ou que des coquillage ou autre est déja un pas vers le végétarisme. Il n’y a rien a comprendre mais a accepter et encourager.

  • 9 juin 2013 Répondre
    Lilas dit:

    il faut bien commencer! je préfère un flexi qu’un carnassier.
    Etre vegan n ‘est pas inné, on le devient, surtout en pratiquant.
    Alors ce coup de gueule…limite sectaire

  • 16 juillet 2013 Répondre
    Olga dit:

    Je songe à devenir végétarienne depuis des années (selon vos étiquettes je serais à placer dans la catégorie « flexiarien »), n’aimant pas particulièrement la viande, un peu plus ce qui vient de la mer toutefois, mais à chaque fois que je me remets sérieusement à étudier la question ce qui me dissuade c’est toute cette haine : des végétariens envers les « carnivores » et aussi envers ceux qui décident de réduire drastiquement leur consommation de viande/poisson sans toutefois l’arrêter complètement ! Relisez vous un peu, sérieusement, on ne peut/veut peut-être pas tous s’engager à 100% et rejoindre « la secte » mais on a des idées et des principes en commun, on fait peut-être aussi d’autres « bonnes choses » à côté… Êtes-vous si parfaits du haut de votre piédestal de végétarien snob et catégorique pour juger le reste de l’humanité qui n’est peut-être pas à jeter dans sa totalité non plus pourtant ?! Mangez donc des carnivores et végétariens imparfaits tant que vous y êtes au moins vous débarrasserez la terre de cette vermine sans toucher aux animaux, et vous serez moins agressifs d’avoir mangé un peu de viande… Vraiment, c’est triste d’être si pacifiste d’un côté et si extrémiste de l’autre. A bon entendeur.

  • 21 juillet 2013 Répondre
    elora dit:

    bordel mais arretez de vous plaindre, y’a encore TELLEMENT de gens qui bouffent de la viande 2 fois par jours , qui pensent que c’est bon pour la santé, et qui nous rient au nez quand on leurs parle de la cause animal, vous allez pas faire chier ceux qui ont un minimum de conscience et qui essaye d’arranger les choses en arretant la viande même si pour l’instant ils en sont encore au poisson !!! apres tout passer de l’omnivorisme au végétarisme n’est pas chose facile alors si vous etes face a quelqu’un qui au moins a le mérite d’y aller progressivement vous allez quand meme pas lui cracher dessus !!!! non mais sans blague vous etes jamais content moi ca me fait plaisir quand une amie me dit qu’elle essaye de suivre mon exemple de végétarien meme si elle craque encore pour du saumon c’est mieux que le c*n d’a cotes qui me traite de tous les noms parce que la vache s’en fou d’etre tuée ou je ne sais quel connerie d’omnivore!!!!

    ALORS LA FERME!

  • 20 août 2013 Répondre
    Ena dit:

    Et si on arrêtait de perdre son temps sur une question de mot et cesser de lorgner ce que l’autre à dans l’assiette! Il y aurait aussi à critiquer pas mal de comportements qui ne respectent pas la nature et la vie des animaux et du cycle de la vie chez les végétariens et végétaliens..;perso je ne me sens appartenir à aucun monde, je ne suis pas attirée par la viande, les oeufs pas des masses, de temps en temps genre une fois tous les trois mois je mange pendant deux jours du poisson, je n’aime pas le soja…je suis quoi ? Franchement, il y a des querelles plus importantes que s’octroyer une classification alimentaire…ah oui, je suis aussi sans gluten, sans laitage donc je mange quoi si je ne peux de temps en temps me faire plaisir aussi avec un bout de poisson sans que le banc de végétaliens strictes et rigides ou végétaliens ne me traitent de tous les noms…Soyons sérieux et respectons ceux qui ne dépassent aucunes bornes et font les choses avec conscience, même si cette conscience ne cadre pas tout à fait avec ceux qui sont certains d’avoir choisi le meilleur…les oeufs aussi font du carnage aux poussins, et les laitages aux veaux…

  • 12 septembre 2013 Répondre
    Klasco dit:

    Nous pouvons remarquer tout le sectarisme des végétariens radicaux qui se rapproche de la haute bourgeoisie par son comportement. Encourager les personnes qui réduisent leurs consommations de viande? Non plutôt leurs vomir dessus ce ne sont pas des purs et durs. C’est exactement ça qui a mon sens ne permet pas a la cause végétarienne d’avancée

  • 13 septembre 2013 Répondre
    Punkie-Duncan dit:

    Je me demande bien pourquoi chaque fois que j’annonce que je suis végétarienne, j’ai toujours droit à la question : Mais tu manges du poisson ?
    Comme dit plus haut dans l’article, le végétarien ne mange pas de bète. Ou alors le poisson est un végétaux d’une nouvelle espèce. Sans critiquer mais les gens sont cons quand même.

  • 13 septembre 2013 Répondre
    Sonny dit:

    Sinon, stop vouloir une étiquette, quelqu’un qui réduit sa conso de viande/poisson doit être encouragé, mais tout ça renforce les confusions.

    De toutes façons, un moyen simple de mettre fin au débat immédiatement : dictionnaire + ciseaux + définition du mot végétarien + poche :)

  • 14 septembre 2013 Répondre
    Visiteur dit:

    A vous lire, on croirait qu’il y ait besoin d’une carte verte pour pouvoir se prétendre appartenir au « club » des végétariens 100% authentiques.
    Les « vrais » végétariens se reconnaissent et n’ont pas besoin de frapper sur les végé- x ou y indécis pour se sentir exister.
    Ceux qui continuent cependant à consommer de la chair animale tout en se prétendant « VG » : ils sont à côté de la plaque par ignorance et/ou bêtise. Mais aucun intérêt d’en faire des articles pour les dénoncer, les ignorants sont présents dans toutes les couches de la société vous savez.
    D’autre part, certaines personnes se sont déclarées « pesco-végétariennes », par exemple, pour tenter de trouver une appellation à leur mode d’alimentation. Ceci est tout à faire justifiable puisque nous avons ce BESOIN fondamental de définir les choses, créer des concepts etc. L’appellation « Pesco-végétarien » me semble acceptable puisqu’elle se rapproche au mieux de ce en quoi elle consiste. Selon votre raisonnement il faudrait tout bonnement censurer le mot « végétarien » afin qu’il ne puisse être accolé à aucun préfixe ou suffixe … Ou déposez un brevet tant qu’on y est.
    Contentez vous de vivre votre régime alimentaire et cessez ce dogmatisme.
    VIVRE ET LAISSER VIVRE (même si ça ne nous plaît pas).

    • 15 septembre 2013 Répondre
      oim dit:

      Il n’y a pas de club de végétarien ni de végétariens « authentiques ».
      Ya juste des végétariens qui en ont marre de se voir proposer une salade ou un sandwich au thon ou de rencontrer des pseudos végétariens qui se goinfrent de poissons ou de poulet.
      Végétarien est un mot qui a une définition bien précise et oui il est utile de faire un article pour mettre les choses au clair.
      La seule ambiguïté qu’on peut accepter chez un végétarien est en ce qui concerne les oeufs, tout le reste c’est du vent.
      Un pesco-végétarien n’est pas végétarien, il ne mange pas de viande rouge ni de volaille, point. (j’oublie peut-être quelque chose j’y connais rien en viande ^^)
      Certains limitent leur consommation de viande et c’est déjà bien, mais ils faut qu’ils sachent qu’ils ne sont absolument pas végétarien, et s’ils tombent sur cet article ça en fera déjà quelques uns en moins ;)

  • 15 septembre 2013 Répondre
    oim dit:

    Pas faux, combien de fois j’ai découvert après quelques jours ou semaines de liaisons que des filles se disent végétariennes mais mangent du poisson (parce que c’est pas de la viande hein) ou du poulet parce qu’elles peuvent pas s’en passer ôO

  • 16 septembre 2013 Répondre
    Gerard dit:

    -« Le flexitarien a une alimentation majoritairement végétarienne, mais consomme ponctuellement de la viande et du poisson (généralement, une à deux fois par semaine en moyenne » → D’où sortent ces « statistiques » ???…
    -« J’encourage à 100% la démarche flexitarienne, ou néo-végétarienne, bref, celle qui consiste à réduire sa consommation de viande. Pour moi, c’est un pas positif en direction du végétarisme, et mieux vaut un flexitarien qu’un carniste convaincu » → Nettement moins intégriste que le reste de l’article.
    Je suis Flexitarien & je consomme exceptionnellement de la viande ou du poisson, tous les 2 ou 3 mois (pas 1 ou 2 fois par semaine), si je suis invité ou au resto.
    Quant aux restos végétariens (en France), je n’y ai jamais trouvé une cuisine qui ne soit pas insipide, à croire que la clientèle veut se punir d’être Veg … En Inde, par contre, je me régale. Les français sont incapables d’utiliser les épices ou les supportent de moins en moins (même la moutarde ne pique plus le nez)

  • 25 septembre 2013 Répondre
    Melle Pigut dit:

    Petite, j’étais pesco-volaillo-vianderougeot-végétarienne, puis je suis devenue végétarienne à l’adolescence et végétalienne une fois adulte. En fait, j’ai toujours été végé du coup ! :-p

    Blague à part, j’ai lu une grosse partie des commentaires et je crois que le problème n’est pas d’être végétarien à 100% ou pas, mais de s’affirmer végétarien alors qu’on ne l’est pas.

    Personnellement, je suis la première à encourager les gens qui veulent manger moins de viande et je ne leur jette pas la pierre si par habitude, ils mangent un morceau de tel ou tel animal de temps en temps, même si bien sûr étant vegan, je rêve d’une humanité vegan pour les autres animaux. Je sais que chaque pas compte et que l’on doit faire son cheminement propre.
    Mais je n’aime vraiment pas entendre quelqu’un s’affirmer haut et fort végétarien tout en mangeant du poisson ou autre. Je me demande souvent : quel besoin ont ces personnes de se mettre volontairement cette étiquette si elle ne correspond pas à la réalité ???
    C’est vraiment embêtant parce que cela brouille la compréhension pour les non-végétariens. En effet, j’entends souvent « ben si, tu devrais manger du poisson, les végétariens en mangent, j’ai une copine qui en mange »… Non, je ne mange pas de poisson, parce que les végétarien ne mangent pas de chair animale, le principe étant de ne pas tuer d’animaux.
    Bien sûr tout le monde n’est pas végétarien pour des raisons éthiques, certains le sont pour leur santé ou pour d’autres raisons personnelles, mais pour ceux qui sont végétariens pour le bien des autres animaux, il est important de faire comprendre cela.
    Melle Pigut Articles récents..Lasagnes Végé Faciles Aubergine Tomate et Pois CassésMy Profile

    • 25 septembre 2013 Répondre
      Gwalibeth dit:

      En effet, j’insistais pour ma part sur la définition de « végétarien ». Tout en encourageant les démarches flexitariennes et autres, mais qui ne sont donc pas végétariennes à proprement parler ! Cette revendication d’une « étiquette » erronée, et le débat sur l’intolérance qui s’en suit, m’interpelle également… Là où je ne vois pas de jugement quel qu’il soit, mais une définition !

  • 9 octobre 2013 Répondre
    Maty dit:

    C’est bien de manger de végétaux. Etant un être humain, jusqu’à présent j’ai un régime omnivore. Mais pour des raisons non sectaire j’ai bien envie de devenir un herbivore.

  • 1 novembre 2013 Répondre
    milady dit:

    sans prétendre etre végétarienne je ne mange que du poisson… avec ou sans terme c’est comme ça

  • 15 novembre 2013 Répondre
    eVe dit:

    Je mange du poisson je mange des oeufs, et ce sont les autres qui me déclarent vegetarienne. J’ai beau leur expliquer le sens du vegetarisme. Mais Je ne me bats plus… la culture viendra a eux… j’ai aussi été VEGETARIENNE et je peux l’etre des mois durants… Et je ne cherche pas a avoir un apport proteique animal. Ce n’est qu’une question de facilte et de finance que j’assume sans honte. Vous n’imaginez pas le prix d’une nourriture saine chez moi! Chaque chose en son temps…

  • 2 décembre 2013 Répondre
    lacigogne68 dit:

    Bonjour,

    Je me suis toujours demandé pourquoi les végétaliens ne mange pas d’oeufs, car si on élève une poule chez soit et qu’elle fais un oeuf non fécond pour moi sa me parait bien, car l’animal est bien traité avec de l’espace pour gambader et de la bonne nourriture.
    Merci pour vos réponse.

    Et j’ai une deuxième question, pour ce qui sont devenu végétarien, est ce que vous avez eu un soutien d’une personne pour ce régime car quand on est entouré de personnes qui mangent essentiellement de la viande ce n’est pas toujours facile, et puis c’est gênant de refuser de la nourriture à base de viande il y a souvent des réflexion. Je dit cela car je commence tous doucement à diminuer ma consommation de viande et c’est pas très facile.

    Merci

  • 6 décembre 2013 Répondre
    Martine dit:

    Quelqu’un qui mange tout sauf ce qui provient de la mer et des produit en contenant .. Il ya un nom pour ca ?

  • 12 décembre 2013 Répondre
    Elodem dit:

    Je trouve ça fatiguant que chacun surveille ce qui se passe dans l’assiette de l’autre, et que chacun se permettre de juger les choix de l’autre.

    Devenir végétarien reste un choix personnel, qui émane de la conscience d’un individu, et qui ne réclame aucune explication. Et vice versa ! Laissez donc chacun manger ce qu’il entend, le prosélytisme ne fonctionne pas pour ces sujets sensibles !

    En tant que végétarienne, je déteste qu’on me harponne de questions et de commentaires (négatifs ou non) sur mes choix de vie, j’accorde aux autres le crédit et le respect que je pense mériter.

  • 12 décembre 2013 Répondre
    Elona dit:

    Moi c’est un peu la logique contraire, j’en ai marre d’êter qualifiée de végétarienne, ou de flexitariste, ou je ne sais quoi d’autre alors que je ne le suis pas. Je n’aime pas la viande rouge et quelques autres par goût (ou plutôt dégoût), je mange juste du poisson, de la dinde, du poulet et certaines charcuteries car ça passe au goût (et j’aime ça), je ne suis PAS végétarienne, c’est juste que je n’aime pas la viande rouge. Les gens sont lourds avec leurs définitions foireuses…

  • 12 janvier 2014 Répondre
    Marcelle Hulite dit:

    Hé bien en tout cas on peut dire que ça fait débat, et j’espère que tu t’en réjouis Gwalibeth !
    Je vais sûrement mettre les pieds dans le plat de potiron, parce que je le dis sans me sentir dans l’imposture, je suis végétarienne. Ou alors je devrais dire ovo-lacto-végétarienne ? Avec tout ce qui cadre dans la définition et tout… Je ne suis pas pêcheuse, mais si je mangeais un poisson que j’ai pêché dans la rivière une fois dans l’an, ou une palourde que j’aurais ramassée sur le bassin, je dirais quand même que je suis végétarienne, sans cas de conscience.
    D’abord comme certains l’ont dit, le végétarisme ce n’est pas une simple affaire de définition, c’est d’abord une démarche qu’il est toujours bon de publiciser, et je trouve ça franchement tant mieux que certains se sentent de revendiquer l’étiquette, de la porter, et donc d’en parler autour d’eux même s’il mangent des huîtres à Noël. Et je ne souffre pas, faut pas charrier, de l’éventuelle confusion que ça peut hypothétiquement entretenir. On m’a souvent questionné à propos des détails et des « règles » de mon régime alimentaire, je n’ai jamais trouvé ça compliqué d’expliquer pourquoi je ne mangeais pas de poisson.
    Ensuite, il est clair que Gwalibeth et certains contributeurs associent très fortement leur démarche de végéta*isme à l’anti-spécisme et à la souffrance animale. Pourtant, je ne comprends pas pourquoi le fait de manger des crustacés, par exemple, serait soluble dans la position « égoïstes et cruels, parce qu’ils hiérarchisent et pensent que les crustacés sont trop idiots pour comprendre ce qui leur arrive ». Maintenant, c’est loin d’être la seule raison qui pousse à devenir végéta*ien. Les considérations écologiques et politiques ont tenu et tiennent encore une grande place dans mon propre choix. J’ai choisi mon régime alimentaire par opposition fondamentale à la consommation effrenée et mortifère des terres arables, de l’eau, de l’énergie. La problématique de l’empathie est venue ensuite. Celle de l’antispécisme, encore bien après… Et tout ça parce que me disant végétarienne… j’ai rencontré d’autres végéta*iens/vegan/antispécistes de tous bord, j’ai fait école. Personne ne m’a jamais repris ou jugé sur les mots que j’emploie. Ca me paraîtraît aussi débile (désolée) de dire à un végétarien qui mange des bulots qu’il n’est pas végétarien que de dire à une transexuelle qu’elle n’est pas une femme.
    J’ai d’abord choisi de ne pas manger d’animaux d’élevage, industriel en premier lieu. Puis j’ai choisi de ne plus manger les poissons surpêchés. Puis, puis, puis… Derrière chaque « interdit » alimentaire que je me suis mis je suis capable d’expliquer ma démarche, et elle tient en plus de mots que la seule problématique anti-spéciste. Mais à chaque stade et depuis le commencement je suis végétarienne, personne ne peut m’enlever ça. Et me répondre « non, c’est pas l’exacte définition » me fera juste… rire.
    Gros bisous.

    • 12 janvier 2014 Répondre
      Marcelle Hulite dit:

      D’ailleurs j’y pense, toujours à propos des différentes convictions qui finissent par amener au végéta*isme : à mon sens, végétarienne et écolo, un végéta*ien qui mange des crustacés me fera définitivement moins sursauter qu’un végéta*ien qui mange en janvier des tomates cultivées sous serres et à grands renforts de pesticides à Almeria par des travailleurs agricoles marocains exploités… Et ça même s’il ne mange pas une seule cellule de n’importe quoi d’origine animale.

  • 24 janvier 2014 Répondre
    Aïda dit:

    Bonjour,

    ce commentaire est intéressant, néanmoins c’est assez « facile » de faire des généralité, selon le concept donc, je suis pesco végétarienne, je ne connaissais pas ce terme, à vrai dire je l’ai découvert pas ma soeur, il est vrai que mon entourage me dit souvent à tort que je suis végétarienne, ce à quoi je répond non puisqu’il m’arrive de consommer du poisson voir très rarement de la viande (plus maintenant mais bon)
    Il faut aussi comprendre certain contexte, il est dur de sortir d’un système tellement bien fait qu’on parait limite marginal, mes parents se vexe quand je ne mange pas avec eux (ils ont désormais l’habitude) mais j’entend souvent des critiques de leur part (comme si je me sentais soit disant supérieur) au final, ma cause ne les intéressent pas du tout (voir une mode) on a tendance à dire « oh tu sais tu as toujours des gens pour critiqué le système » c’est tellement réducteur, je me demande parfois si ils savent ce qu’ils mangent, mais au delà de sa je ne critique pas non plus, devenir végétariens ou plus vegan ne vient pas du jour au lendemain, c’est un investissement un « style de vie » et si il est vrai que certaines personnes confondent, le simple fait que ce soit connu est déjà une bonne chose, je trouve pour ma part que ce n’est pas encore reconnue à sa juste valeur, mais je trouve ça déjà bien malgré tous les différents terme qui existe d’y entrer à petit pas
    et c’est toujours mieux que le carnivore, je pense surtout que le problème n’est pas d’en manger (parce que dans ce cas on pourrait interdire la gazelle aux lions) mais c’est l’industrialisation et surtout la sur consommation et cela pour tout, même pour le bio! le mieux et de manger de saison comme nos ancêtre et non pas tomates mozza bio toute l’année

    cordialement

  • 3 février 2014 Répondre
    nathalie c dit:

    Je trouve cet article d’une agression extraordinaire et je dois avouer que je me sens mal a vous lire et je ne comprends pas cette violence…

    J’ai arrêté de manger de la viande il y a peu afin de suivre mes convictions et mon mode de pensé qui ont beaucoup évolués ses derniers temps.

    Contrairement a ce que vous sous entendez, être végétarien n’est pas une fierté qu’on lance à la face du monde pour être « à la mode », s’est un engagement pour sois…je n’ai jamais vu personne se la raconter avec ca (ou alors des cas vraiment exceptionnel que vous auriez croisé mais pas une « mode »!) . Non, être végétarien c’est une démarche et la route vers le vegan est sinueuse, longue, compliquée et pleine de pré-jugés (vous mieux que personne devez le savoir!)

    Je rage de voir qu’il y a pour vous des « pseudos végétariens » alors que vous devriez être heureux et vous réjouir de voir des gens qui fléchissent et font un pas vers une consommation avec moins d’aliments provenant des animaux. C’est une bataille de gagné.

    Vous devriez les accompagner et les guider au lieu de leur jeter au visage qu’il ne sont que des sous produits de votre perfection alimentaire. Je pense que pour beaucoup vous avez eu « un commencement  » dans votre histoire de vegan. Mais si rappelez vous, vous n’êtes pas TOUS nés vegan…

    Changez donc de mentalités, soutenez les initiatives de certains afin qu’elles puissent évoluer jusqu’à une alimentation vegan 100%.

    Personnellement je mange encore du poisson pour le moment (oui je fais partie des gens a qui s’adresse ce coup de gueule), et depuis que j’ai arrêté la viande je suis mise sur le banc des accusés du reste de la population carnivore et je découvre avec effroi que de votre côté je ne vaux pas mieux a vos yeux…

    La vérité fait peine a voir…oh oui et vous en faite partie. Ne soyez pas fière de cet article moi je ne le suis pas pour vous…

  • 6 février 2014 Répondre
    Jeanne dit:

    Je suis d’accord avec Nathalie. Vous pensez être une puriste et dénigrez les personnes qui continuent à consommer de la viande/poisson/crustacés occasionnellement parce que vous considérez qu’ils sont des imposteurs?

    Je suis omnivore, pourtant depuis un moment déjà je me pose de nombreuses questions sur mon mode de consommation, parce que je suis horrifiée par la façon dont les animaux sont traités, par le gaspillage inutile, par l’impact désastreux sur l’environnement et parce que je ne veux plus empoisonner mon corps de produits peu chers mais bourrés de substances nocives.

    Contrairement à de nombreux végétariens et qui témoignent que « pour eux, ça n’a pas été trop difficile puisqu’ils n’aimaient pas la viande/poisson », moi j’ai toujours aimé ça. Pourtant, j’ai décidé de commencer à limiter ma consommation, et pour quelqu’un qui a été omnivore et habitué à manger de la viande 2x/jour en moyenne (ben oui, le sandwich club, il contient aussi de la viande), ce n’est pas évident. Mais pourtant je vais continuer progressivement à apprendre à consommer différement. Il ne s’agit pas de mode mais de réflexion profonde sur nos habitudes alimentaires.

    Vous, en tant que végétarienne puriste, êtes-vous « seulement » concernée par la cause animale ou également par l’impact de notre consommation sur notre environnement? Faites-vous partie de ces végétariens qui consomment du soja sans connaitre son origine et participe ainsi à la déforestation de l’Amazonie? Mangez-vous uniquement des fruits et légumes de saison ou pour avoir quand même une alimentation variée consommez-vous des produits exotiques importés en avion en plein hiver?

    La surconsommation des sociétés occidentales est ancrée en nous depuis toujours, et les végétariens ou les vegans ne sont pas toujours les consommateurs les plus responsables, même si ce mode de vie force à s’intéresser davantage au contenu de son assiette.

    Bref, au lieu de pointer du doigt les « faux » végétariens, réjouissez-vous que d’autres personnes décident de controler leur alimentation et au moins de réduire leur consommation de viande, quelles que soient leurs motivations.

  • 7 février 2014 Répondre
    Nate dit:

    « J’ai toujours été végétarienne en fait depuis toute petite », « il faut faire la guerre aux carnistes » bla bla bla. Comme si être végétarien était un prestige. Des peuples appartenant à des civilisations anciennes vous ont précédé dans ce mode de vie et de pensée nobles et dès que ça vous tombe entre les mains vous en faites votre possession, comme si ça provenait de vous et vous vous en servez très mal!

    Allez prendre des cours d’humilité chez les Hindous qui sont végétariens depuis des millénaires et qui sont tolérants envers leurs frères omnivores issus d’autres confessions religieuses. toujours là à vouloir tout séparer, à vouloir tout classer dans une branche bien précise, tel est pesco, tel est ça, tel est ci!!! vous n’avez donc rien d’autre à faire de vos foutues vies? vous êtes de gentilles gens qui ne mangez pas d’animaux, et qui respectez l’environnement et bla bla, et alors? ET ALORS??? Vous êtes tout aussi bornés que ces esprits born again qui viennent de quitter l’obscurité de leur subconscient et qui pensent être des élus et qui veulent absolument tout contrôler parce qu’ils ne maîtrisent pas les paramètres de la lumière ou du savoir ou de la nouvelle pensée éthique qui s’adonne à eux!

    Arrêtez voyons, soyez plus ouverts d’esprits. Ce n’est pas en désignant du doigt ceux qui font des efforts ou pas, que vous serez de « VRAIS VEGETARIENS ou VEGETALIENS et qu’on vous verra d’un bon oeil dans cette satanée secte des vegans! Faites ce que vous avez à faire sans juger qui que ce soit! Et les choses se passeront d’elles même. Je suis une végétarienne et une « autenthique » comme vous aimez à le désigner même si je n’approuve pas ce terme ridicule (qui rappelle les paroles des nazis à propos des aryens et des races à exterminer car elles n’étaient pas authentiquement aryennes) arrêtez avec vos extrémismes mais vraiment!

    Je suis végétarienne et sans en faire la propagande ni à le déclarer sur tous les toits, j’ai influencé dans ma discrétion et ma tolérance plein de gens dans mon entourage et je suis contente de constater que ceux qui ont décidé de l’être, fassent un peu plus chaque jour des efforts progressifs dans leur transition. Alors basta vos beaux sermons de faux-cul!
    Merci

    • 9 février 2014 Répondre
      Sébastien dit:

      En lisant l’article, j’ai eu les mêmes pensées que Nate. bravo! Allez, il n’y a pas les bons et les méchants. Il y a déjà assez les religions qui pensent comme cela. Soyez humble et un exemple de par vos actes et non vos paroles.

    • 13 mai 2014 Répondre
      delfosse dit:

      BRAVO NATE ! 100% d’accord avec vous.

  • 10 février 2014 Répondre
    morgane dit:

    Personnellement, je me considère végétalienne, car je n’achète pas de viande (ni boeuf ni volaille ni poisson ni fruits de mer), pas de lait, pas d’oeufs, pas de miel, pas de bonbon qui contiennent de la gélatine, je commande sur un monde vegan, je mange des galettes bjorg, des yaourts au soja, etc… Mais par contre je mange des oeufs qui viennent de la ferme, donc poules élevées en plein air, rien d’industriel, aucun poussin tué, les poules pondent tous les jours des oeufs non fécondés car pas de coq, donc je ne m’en prive pas lorsqu’on m’en donne. Et lorsque je vais chez ma grand mère ou toute personne pour qui le végétarisme/lisme ne peut pas exister, je mange ce qu’elle prépare, bien évidemment je privilégie les légumes mais si elle fait des lasagnes je les mange, car le produit est acheté, donc que ce soit dans mon ventre ou pas, l’abattage a été fait. Pour moi être végétarien/lien c’est plus ne pas ACHETER ces produits pour ne pas participer au carnage, après d’autres le font et le feront toujours, et qu’on mange ou pas ce que EUX achètent ne change rien.

  • 19 février 2014 Répondre
    arnaud dit:

    je trouve très dommage ce genre d’article. En effet parfois ces termes sont agaçant, mais tout cela va dans le bon sens. On est pas là pour se juger sans arrêt les uns les autres mais pour avancer. Si les flexitarien d’aujourd’hui sont les vg de demain c’est tres bien. ce fut mon cas avant d’être vg …Il m’a fallu un peu de temps….puis quasiment vegan aujourd’hui. (« quasiment » au risque d’agacer l’auteur de l’article ;) chacun son rythme.

  • 19 février 2014 Répondre
    unjourPE dit:

    Je viens de me farcir tous les commentaires…… qui sont désolants de connerie, je dois dire. A priori, les gens ne savent pas lire pour la plupart. Elle dit que la définition de végétarien, c’est : personne ne mangeant pas de chair animale. Aucun jugement, ni aucune agressivité là dedans. C’est juste une définition du mot. Ce qui fait qu’en toute logique, un végétarien ne saurait manger de poisson ou de crustacés, pas plus que de poulet ou de dinde. C’est quand même pas compliqué à comprendre. Quant à l’idée (étrange) que l’auteure dénigrerait les gens qui font un effort d’alimentation vers plus d’éthique, je ne vois franchement pas où vous avez lu ça. Au contraire, ajouterais-je même, puisqu’elle encourage la démarche flexitarienne.

    • 23 février 2014 Répondre
      Gwalibeth dit:

      J’avoue que le vôtre me rassure un peu, je n’avais pas l’intention de me montrer agressive, mais j’avoue que je me suis posé quelques questions au fil des commentaires !
      Finalement, entre ce que j’ai écrit, ce qui a été compris et ce qui a été parfois mal interprété, quel schmilblick !!!

  • 5 mars 2014 Répondre
    Winnie dit:

    Coucou Gwalibeth ! ;)

    Je viens également de lire tous les commentaires, et c’est vrai que cet article a suscité de nombreuses réactions, parfois même violentes (par des personnes qui n’ont pas dû comprendre ou qui cherchaient simplement à se défouler… pour ceux-là, go yoga !)

    Je suis végétarienne depuis un peu plus d’un an, à tendance végétalienne. Je ne consomme ni viande/poisson/œufs/lait… hormis ces deux derniers exceptionnellement : il se trouve que j’ai réussi à faire comprendre mon mode de vie à ma famille, qui me prépare désormais des plats sans chair animale. C’est pourquoi quand de temps en temps ma maman met du gruyère dans ses gnocchis ou des œufs dans ses gâteaux, je ne proteste pas énergiquement, car elle fait déjà d’énormes efforts et je trouve ces efforts géniaux ! Si tout le monde pouvait déjà accepter les végétariens (=pas de chair animale) comme ça, on les aurait nos salades sans thon au resto !

    Je fais également extrêmement attention aux cosmétiques que j’achète, je regarde toutes les étiquettes de composition d’ingrédients de mes aliments… C’est pourquoi les personnes se disant « végés » et achetant tout leur maquillage chez l’Oréal me font un peu grincer des dents. (et y en a énormément)

    Cependant, il me reste encore des paires de chaussures en cuir « d’avant » que je continue à porter et quelques vêtements à base de laine. Est-ce que cela fait de moi une non-végétarienne ? Je pense que tout changement se fait à l’aide d’une transition, comme certains l’ont fait remarquer plus haut, et je suis sûre que tu es d’accord là-dessus puisque tu encourage les efforts des personnes à réduire leur consommation de chair animale. (est-ce que les personnes ayant réagi violemment t’ont lue jusqu’au bout ???)

    Il me semble que ton article portait sur la terminologie du « végétarisme ».
    Dans le fond, je trouve ça bien que le terme pesco-végétarien ait été inventé. Parce que même s’il est vrai que c’est déjà bien de ne pas manger de viande, les personnes mangeant du poisson et s’auto-proclamant végétariens m’agacent un peu. (les poissons balancés sur le pont du bateau et qui continuent d’agoniser pendant de longues minutes, les autres animaux pris dans les filets par inadvertance, etc…) Mais je pense que cela nous énerve surtout parce que l’on se base sur le fait qu’être végétarien, c’est être contre la souffrance animale. Pourtant, c’est vrai que l’on peut être végétarien pour d’autres raisons (ce qui peut peut-être justifier pour ces personnes-là le fait de continuer de consommer de la chair de temps à autre…)

    Je suis aussi d’accord que certains se disent « végés » pour se donner un genre. C’est une sorte d’effet de mode et je trouve ça vraiment dommage (être végé et continuer de manger de la volaille ? wtf !). Alors OK, il y a du bon dans cette démarche mais il ne faut pas abuser. Etre végé, (ou tenter de l’être), ce n’est pas appartenir à une secte remplie de personnes hautaines et se sentant supérieures ! C’est aspirer à une sorte d’idéal, à une amélioration du monde, tout comme faire de l’humanitaire par exemple. Et quelqu’un qui mènerait des actions avec l’UNICEF mais qui gaspille la nourriture chez lui, porte des jeans fabriqués par des travailleurs intoxiqués dans un pays d’Afrique et ne tend pas la main au SDF âgé à côté de chez lui, même si il fait certaines bonnes actions, ça va un peu à l’encontre du fait d’aider les personnes… comme les soi-disant « végés » qui mangent du poulet et des coquilles st-jacques!

    En tout cas, merci pour cet article très intéressant :)

    xo xo

    • 23 mars 2014 Répondre
      Nosaj dit:

      Tu sais que j’aime ton point de vue ? ;)
      C’est la terminologie le problème. Mais ajouter un préfixe permet de justifier notre transition.

      Moi aussi je porte du cuir « d’avant » et ma mère voulait m’offrir des chaussures « en cuir » je me souviens avoir protesté gentiment x’)

      Pour ce qui est de la « mode », je suis tout à fait d’accord. Ça fait « hypster » d’être végé. C’est comme s’autoproclamer bisexuel, sans l’être vraiment, juste pour être dans le coup ! c’est has been l’hétérosexualité. C’est insupportable, hein ?!

  • 23 mars 2014 Répondre
    Nosaj dit:

    Bon, alors pour ma part, je suis « pesco-végétarien ». J’ai décidé d’arrêter progressivement de manger les animaux. Quand j’ai pris cette décision, j’étais déjà pas mal sensibilisé, mais je voyais qu’il était un peu tôt pour ne plus manger aucune viande animale, mais je veux à ma manière stopper cette machine infernale de surconsommation de viande, de gaspillage, de maltraitance et il y a bien sûr cet amour pour les animaux. Les poissons et les fruits de mer en sont, j’en suis conscient. Je ne pense pas que le terme pesco-végétarien soit bien méchant. C’est juste un néologisme, et en général, je dis toujours « je suis pesco-végétarien » et non « végétarien » pour éviter les quiproquos. Et j’explique la nuance. Je pense que le(s) terme(s) et la notion de néo-végétarien en lui-même n’est pas bien méchant en soi. (enfin, j’avoue être sceptique pour les « volaillo-végétariens » et cetera.) Bien entendu, je ne blâme personne et je ne force personne, j’explique mon point de vue aux autres lorsqu’ils me le demandent, et peut-être que je les sensibiliserais. Parce qu’un jour j’ai eu une ‘violente’ dispute sur le fait que les légumes étaient aussi une forme de vie qu’on tuait. On m’a carrément dit qu’il faudrait que j’arrête de respirer. Je trouve qu’il y a un manque cruel de communication. Il ne faut forcer personne, mais expliquer, je pense. Je pense juste que ces termes sont un abus de langage, et c’est juste une question de définitions éhontées. Mais c’est comme ça avec pas mal de mots de la langue française. Bref ! moi, je suis pesco-végétarien, je me dissocie clairement du végétarien de base, et j’aspire à l’être un jour. J’ai tout d’abord limité ma consommation de viandes tous azimuts avant de me mettre uniquement au poisson. Quand je serai prêt, ça prendra peut-être des années, des décennies… je passerai à l’étape suivante. Et rien que le fait de ne manger que ce qui est issu de la mer, semble bien faire chier mon entourage ! « Oh non, tu m’fais chier, je vais devoir cuisiner végétarien, ce soir ! » ou encore mon père qui m’agite un saucisson sous le nez alors que j’ai jamais aimé ça. Les gens qui pensent que la viande te manque alors que non… et puis, je viens aussi d’une famille moitié caribéenne. Ils vouent vraiment un culte à la volaille : ‘Ne plus manger de poulet ?! Mais tu es fou !’ Mais bon, ces termes aussi rassurent, je pense. Donc je ne suis pas pour un bannissement de ces néologismes dans la langue française, mais pour une modération, je dirai. Il faut savoir faire la nuance et expliquer.

  • 26 mars 2014 Répondre
    Henry dit:

    Je ne vois pas en plus ce qu’ils ont tous à croire qu’être végétarien c’est cool.

    Certains ont des carrences, d’autres comme moi sont supers embêtés quand il faut aller manger avec des amis en ville, parce-que forcément Kebab c’est pas pour l’autre salade…

    On a des convictions, pour moi c’est dur des fois d’aller à Macdo et de prendre une salade, je suis full végétarien depuis 4 ans et parfois je me dis que je vais craquer, mais je ne le fais pas parce que je tiens fort à mes convictions, se prétendre végétarien alors que l’on mange comme les autres, c’est lait et ça connote bien que ces gens-là n’ont pas de principes…

    • 27 mars 2014 Répondre
      Nosaj dit:

      Ah oui, mais je trouve que c’est limite se foutre de la gueule du monde de se prétendre végétarien pour des raisons de mode et ne pas savoir argumenter et dire pourquoi tu le fais. Maintenant être végétarien c’est être hypster, un peu hors norme, alors qu’à la base c’est une conviction ! (enfin, après il faut nuancer parce que tout le monde n’est pas végétarien pour la même raison : Certains le font pour des raisons plus ou moins médicales, etc.) Mais se dire « néo-végétarien » en soulignant bien le « végétarien » dans cette appellation juste pour alimenter une complaisance malsaine pour faire jaser, c’est un peu prendre les gens pour des cons. Après c’est une très bonne chose de commencer par raisonner sa consommation de viande, je trouve. Après, moi je suis pas la personne la mieux placée pour dire ça ou émettre des jugements hâtifs de valeurs étant pesco-végétarien pour le moment. ;)

  • 28 mars 2014 Répondre
    BOUGARD dit:

    avant je mangeais de la viande. Puis, j’ai vu des émissions à la télé qui m’ont fait prendre conscience de la condition de ces pauvres animaux de ferme. Du coup, j’ai arrêté du jour au lendemain de consommer de la viande. En revanche, je mange du poisson de temps en temps car je n’arrive pas à être totalement végétarienne. Tout de moins pour le moment. Je trouve que déjà ne plus consommer de viande est déjà un très grand pas. Changer de régime alimentaire du jour au lendemain n’est pas chose facile quand on a été habitué depuis l’enfance à consommer de telle manière. Je pense que les choses doivent se faire progressivement si on veut tenir sur la longueur (c’est un peu comme ceux qui font des régimes alimentaires !). C’est comme le bio, au début j’ai acheté quelques articles et puis progressivement j’en ai acheté de plus en plus car cela me convenait jusqu’à acheter quasiment 100% bio.

    • 18 avril 2014 Répondre
      ginie dit:

      tu es sur la bonne voie… le changmement pour qu’il soit plus facile et durable, se fait progressivement dans la plupart des cas. c vrai qu’on nous a inculqué depuis notre naissance, la consommation de produits issus d’animaux (lait, fromage et bien sur viande (qu’elle qu’en soit son origine : mamiferes, poissons, crustacées..).

  • 18 avril 2014 Répondre
    ginie dit:

    etre vegetarien, c aussi et surtout une philosophie, une etique un mode de vie. Toute forme animale est bannie de nos assiettes (gelatine par ex). mais aussi les cosmetiques ne contiennent pas de matières ou produits animaux, et sont non testés sur nos amis), les produits menager (idem), bref c faire attention à tout, c aussi savoir regarder et ecouter la nature…toute forme de violence est aussi bannie (envers tous les etres sensibles d’où la non consommation de chair (exploitations intensives, transports, mise à mort etc). Etre vegetarien ou vegan, ce n’est pas une mode, c changer de vie, respecter la nature et tous les etres sensibles.

  • 18 avril 2014 Répondre
    Ana dit:

    Bonjour, je m’appelle Ana, j’ai 13 ans, depuis 1 ans, je refuse de manger de la viande, mes parents n’étaient pas d’accord, puis ils ont changer d’avis, à condition que je continue à manger du poisson, car ils me disent que sans le poisson, je serai carencée, et que ma croissance sera aussi touchée… Donc je voudrai juste savoir, si a mon age je peux arrêter le poisson, et si je peux trouver des produits qui soit totalement végétariens, qui ont l’équivalent du poisson (vitamines, proteines, etc…) Merci :)

  • 22 avril 2014 Répondre
    Marie dit:

    Les gens ont la liberté de manger ce qui leur plait.
    La transition vers le changement des habitude alimentaire ne peut pas être radicale je trouve au contraire que c’est une bonne chose.

    Votre statut de végétarien (puisque vous avez l’air de voir ça comme une communauté sélect) ne vous permet pas de porter un jugement sur le régime alimentaire des gens. Surtout pour une histoire d’étiquette.
    Dans ce cas c’est vous qui faites semblant.

  • 26 avril 2014 Répondre
    aurore dit:

    Bonjour ! Moi je dirais que la il faut s’ arrêter de se cataloguer peut importe si certains en font une mode c’est toujours un moyen d’avancer dans nos valeurs et comportements ! Surtout qu’il est pas facile pour tout le monde de changer et d’ affronter les jugements des omnivores et si maintenant les vegan eux aussi s’ y mettent ne vous demandez plus alors pourquoi les mentalités n’évoluent pas!!!!
    Si certains ont besoin de rentrer dans un moule pour changer je vois pas le probleme?!! Puisqu’il en est de meme pour les religions leur sens a evoluer au fil du temps pour s’ adapter a la société et c’est ce qui est en train de se passer pour le monde vegan, il évolue! En france on a du retard comparé aux australiens et americains mais on devrais prendre exemple sur les hindous beaucoup plus humble pour des raisons concrètes ..car disons la vérité ceux qui se ventent d’etre vegan sans faire preuve de tolérance ne le sont pas dans le sens premier mais bien dans la definition qui a ete accepté bien lontemps apres et meme que sa definition a ete adaptée au fur et a mesure…allez donc apprendre Le vrai sens du vegetalismBonjour ! Moi je dirais que la il faut s’ arrêter de se cataloguer peut importe si certains en font une mode c’est toujours un moyen d’avancer dans nos valeurs et comportements ! Surtout qu’il est pas facile pour tout le monde de changer et d’ affronter les jugements des omnivores et si maintenant les vegan eux aussi s’ y mettent ne vous demandez plus alors pourquoi les mentalités n’évoluent pas!!!!
    Si certains ont besoin de rentrer dans un moule pour changer je vois pas le probleme?!! Puisqu’il en est de meme pour les religions leur sens a evoluer au fil du temps pour s’ adapter a la société et c’est ce qui est en train de se passer pour le monde vegan, il évolue! En france on a du retard comparé aux australiens et americains mais on devrais prendre exemple sur les hindous beaucoup plus humble pour des raisons concrètes ..car disons la vérité ceux qui se ventent d’etre vegan sans faire preuve de tolérance ne le sont pas dans le sens premier mais bien dans la definition qui a ete accepté bien lontemps apres et meme que sa definition a ete adaptée au fur et a mesure…allez donc apprendre Le vrai sens du vegetalisme avec les hindous et autres sociétés ethniques qui le pratiques bien avant qu’ on se l’approprie.e avec les hindous et autres sociétés ethniques qui le pratiques bien avant qu’ on se l’approprie.

  • 27 avril 2014 Répondre
    Style-789 dit:

    Je ne mange ni viande, ni poisson. Je n’appartiens à aucune des catégories citées suis-je un faux végétarien aussi?

  • 4 mai 2014 Répondre
    ccil dit:

    La prise de conscience d’un plus grand nbre et le respect des etres vivants, c’est pas ça le plus important ? Se prendre la tete pr des definitions semble assez ridicule !

  • 4 mai 2014 Répondre
    Lebodan dit:

    Je suis végétarien depuis plus de 35 ans mais j’ai aussi une démarche autant que faire se peut écologique.
    Pour la planète, quand on connait l’impact de la consommation de viande sur notre pauvre terre, il vaut encore mieux être une végétarien qui roule en 4×4 (et dieu sait si je suis conscient de ce que représente la voiture…) qu’un « écolo » qui mange de la viande…

    • 4 mai 2014 Répondre
      Lebodan dit:

      erratum : il vaut mieux être un végétarien qui roule en 4×4 qu’un mangeur de viande qui roule à vélo !

  • 5 mai 2014 Répondre
    Patrick dit:

    Entièrement d’accord avec toi, je suis pour la réduction de la consommation de viande mais pas pour ces pseudo végétarien qui bouffe a longueur de journée des graisses animal dans leur gâteau et autres ou qui mange des oeufs, beurre, poissons, crevettes et autres mollusques crustacés. A ces gens la je dis haut et fort revoyez la définition du mot végétarien. Gaspillez moins et vous consommerez moins!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • 5 juin 2014 Répondre
      tzc dit:

      Quitte à râler sur l’exactitude des définitions, revoyez les vôtres ….

      Végétalisme
      Le végétalisme ou végétarisme strict, est une pratique alimentaire qui, comme tout régime végétarien, exclut toute chaire animale (viande, poissons, crustacés, mollusques, etc.) ainsi que les produits dérivés des animaux (gélatine, etc.), et qui rejette, de surcroît, la consommation de ce qu’ils produisent (œufs, lait, miel, etc.).

      Végétarisme
      nom masculin
      Régime alimentaire excluant toute chair animale (viande, poisson), mais qui admet en général la consommation d’aliments d’origine animale comme les œufs, le lait et les produits laitiers (fromage, yaourts).

  • 10 mai 2014 Répondre
    Toff dit:

    Moi je suis présco-végétarien et pour moi c est une étape pour devenir végétarien,c’est comme arrêter de fumer au début on diminue et après on arrête.

  • 12 mai 2014 Répondre
    Alain dit:

    Merci pour ce billet d’humeur qui me confirme un sentiment que j’ai depuis quelques temps vis-à-vis d’une forme de suffisance de la part de certains végétariens qui se permettent d’avoir des jugements durs, violents, méprisants sur celles et ceux, de plus en plus nombreux, qui se mettent à leur façon, à leur rythme et selon leurs possibilités, à plus de respect des animaux. A tel point que moi qui adhère au végétarisme du mieux que je peux depuis 6 mois, je ne ressens aucune empathie pour les végétariens. Je n’aime pas le côté sectaire de certains discours alors même que la cause est juste (Ô combien). J’ai 42 ans, 3 enfants, et j’ai eu ma prise de conscience par le biais de lectures, reportages et vidéo dans les abattoirs, notamment. Du jour au lendemain, j’ai décidé de tout changer. C’est une nouvelle vie, de nouveaux repères, des prises de conscience de tas de difficultés quotidiennes, que je conscientise, intègre, surmonte (quoi manger sur le pouce près du bureau, quelles nouvelles recettes pour faire plaisir, comment adapter les plats avec 3 enfants de 3 à 11 ans, comment réapprendre à faire les courses, comment adapter mon budget familial, comment faire chez les amis grande gueule etc)? J’avance, m’adapte, me reprogramme, et suis fier de le faire. Pour l’instant, je n’ai pas encore réussi à effacer le poisson de mon assiette. Je sais que je vais y venir, que c’est une étape prochaine, au fil de mon engagement. Mais je mange encore du poisson,.Je sais que ce n’est pas végétarien, et fait en sorte bien sûr d’aller dans ce sens. J’explique à mes enfants, je montre, je démontre et n’en finit pas de découvrir un nouvel univers, bon pour moi, bon pour le monde, bon pour les animaux. Je me sens donc à l’aise dans ma démarche, pas simple après 42 ans d’une autre alimentation (je suis en plus fils de restaurateur). Alors quand je lis ce type de billet, je suis en colère. Je me fous des définitions, je me fous de rentrer dans des cases, je me fous d’être vrai ou faux, et je n’accepte pas qu’on me juge sur ma rapidité ou ma façon de faire. Quand je lis cet article – légitime dans le fond mais tellement méprisant dans la forme – je repense très fort aux animaux pour me rappeler pourquoi je change tout. Curieusement, il n’y a pas d’amour de l’autre dans ce type de discours, pas de compassion, pas d’encouragement. Juste du jugement sur le critère froid d’une définition. C’est regrettable. Je vous invite à plus de patience, de flexibilité, de compassion. Ce n’est pas en excluant que vous ferez grossir vos rangs. Et le jour où enfin j’aurai un comportement alimentaire 100% végétarien, je ferai en sorte de regarder ceux qui s’y mettent en tentant de leur apporter autre chose qu’un coup de gueule leur indiquant qu’ils sont de « faux » quelque chose. Regardez un peu plus loin que le bout de votre nez, tentez de comprendre les motivations, parcours, réalités culturelles ou économiques des gens, acceptez leurs faiblesses ou erreurs, et accompagnez-les (dès lors que vous vous décidez de prendre la parole à leur sujet, car bien sûr rien n’oblige à accompagner qui que ce soit) vers cet idéal, plutôt que de leur taper sur les doigts sans discernement.
    Je suis admiratif si vous avez su tout changer du jour en lendemain sans faillir, sans envies, sans erreurs. Bravo ! Je suis envieux si vous avez les moyens financiers de tout adapter avec du bio et végétal en allant à la ferme ou dans des magasins spécialisés. Tant mieux, vraiment. Je suis franchement content pour vous si vous savez cuisiner parfaitement végétarien et contenter toute votre famille, ravie elle aussi de voir le contenu de son assiette changer sur votre prise de conscience, qu’elle a compris et accepté tout de suite. Je suis heureux pour vous si votre environnement direct et indirect a su s’adapter ou correspondre à vos nouvelles aspirations sans heurts ni frottements. Je vous félicite de savoir bien cuisiner végétarien ou d’avoir pris le temps d’apprendre. Je vous tire mon chapeau si vous avez réussi d’un coup d’un seul à tout négocier. Vous avez du caractère, du talent, de la volonté, et vous êtes parfait. Vous êtes végétarien, et les autres ne vous arrivent pas à la cheville. Vous l’avez très bien écrit. Les autres sont des faux.
    Je n’aime pas plus que vous les étiquettes pesco, néo, pro, flexi, volaillo etc, etc. Alors je fais mon petit bonhomme de chemin avec ma conscience en bandoulière qui me guide, et je ferai en sorte d’avancer sur vos pas en oubliant que vous n’êtes pas, à priori, généreux. Mais je me trompe peut-être, au moins ais-je la clairvoyance d’avoir ce doute que peut-être, vous avez la capacité de changer.

  • 13 mai 2014 Répondre
    une personne qui passe par là dit:

    Je pense que chacun vie son mode d’alimentation à sa façon, c’est très sectaire de mettre un terme sur une population qui consomme d’une certaine façon. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que le corps humains a besoin de beaucoup de choses qui le compose pour être en bonne santé, des proteines, glucides, lipides, gluten, eau, iode ! (sans consommation d’iode la thyroide chez l’animal et l’homme, l’excès comme la carence en iode sont associés à des pathologies sévères. Le manque d’iode inhibe la croissance, peut être à l’origine de l’apparition de « nodules » de la thyroïde. La carence grave peut causer divers désordres mentaux (crétinisme, surtout autrefois observé chez les populations éloignées des régions maritimes, notamment en montagne). C’est pour une raison de santé que je consomme du poisson, car l’iode ne se trouve pas dans les légumes et ça se saurait, pareils pour certains animaux. Je consomme du bio en matière de poisson, avec des élevages particuliers, où on les maltraites pas en injectant des hormones feminins humains pour de la reproduction comme les pangas, poisson blanc vendu en masse dans les hypermarchés à moins de 2 euros de kilos. L’homme est pas fait pour manger de la viande, nos ancêtres pêchait cela ne fesait pas des tueur, mais ils survivait, comme pour certaines espèces animales qui mange du poisson comme le dauphin cela ne fait pas du dauphin un être insensible, il s’agit d’une chaîne alimentaire. Mais de tué des bovins, des poules au lieu de juste récolté l’oeuf, manger du poulet (on coupe leurs testicules pour qu’ils deviennent des poulets) non, non et non ! Je pense qu’il faut penser a la cause animal, ne pas laisser un chat abandonné par ses maîtres au risque qu’il se fasse piquer à la SPA car surcharge d’animaux dans certaines villes, chacun voit sa contribution a sa manière, ce qui est dommage c’est que l’homme met des étiquettes : végétarien, végétalien, pesco-vegetarien, omnivore … juste des étiquettes alors que c’est juste un mode de pensée et d’alimentation differente. J’ai acceuilit des chats, je les nourris, les soignes, maintenant c’est eux qui vont manger mes restes de viandes, car bon la prise de consience ce fait un jour si on est vraiment respecteux, mais si on veux être respecteux de l’animal, l’homme est un animal, un mammifère, il faut donc aussi un respect entre humains. Si l’on est agressifs entre nous, on ne risque pas d’être clair d’esprit pour comprendre et sauver des animaux i l’on ne sauvent pas nous-même. Je me définie pas comme pesco-végétarienne, en restauration on me dit végétarienne, mais c’est qu’une étiquette, le but étant de manger le moins possible de poisson, et surtout plus jamais de viande. En tous cas c’est très courageux ce que font les « végétarien et végétalien » c’est chouette et j’encourage les gens à accepter les différences mais aussi à changer la vision des choses dans notre propre vie.
    Amitiés
    JT

  • 14 mai 2014 Répondre
    Alexis B dit:

    Bonjour,
    Tombé sur cet article par hasard, avant de lire le titre du blog, je me demandais si un article aussi gratuitement haineux était écrit par un omnivore convaincu ou par un végétarien convaincu…
    Je comprends votre position sur la chose, mais comme Alain l’a longuement écrit, vous avez un jugement bien dur et peu tolérant… Ces formes hybrides de végétarisme n’en sont effectivement pas ; et alors ? Est-ce une raison pour les dénigrer ? La raison de respecter la vie des animaux est tout à fait respectable, mais certains sont végétariens par goût, ou pour raison de santé, auquel cas ces formes hybrides ne sont pas seulement tolérables, mais bénéfiques.
    Commencer un article par « définir ces termes bidons » est déjà un contresens : comment voulez-vous définir ce sur quoi vous avez un parti-pris déjà nettement faussé par votre vision de la chose ?

  • 14 mai 2014 Répondre
    Alexis B dit:

    Au passage, ce débat m’intéresse pour autre chose (peut-être quelque chose qui, malheureusement, a déjà été soumis envers les végétariens comme un argument absurde… mis à part que je m’en pose réellement la question sans aucune volonté de discuter les pratiques de qui que ce soit) : La représentation anthropocentrique et égoïste du monde a engendré des conditions de prédation, d’élevage et d’abattage ignobles, qui justifient totalement le végétarisme/végétalisme de ce point de vue. Mais les végétaux, bien qu’ils ne soient pas dotés de ‘conscience en soi’ et que potentiellement ils ne ressentent pas la souffrance (du moins pas comme le système animal), sont des êtres vivants composés de cellules, et les manger est aussi destructeur de vie que de manger un animal…

  • 21 mai 2014 Répondre
    Volition dit:

    Personnellement je me dit végétarien malgré le faite que je m’autorise à manger des mollusques (hors céphalopode) et des insectes même si en pratique ça ne m’arrive que rarement car je n’aime pas vraiment les coquillages et les insectes ne sont pas un aliments courant en France.
    Je suis comme vous, je ne mange pas de viande, de poisson, de crustacé pour ne pas provoquer de souffrance animal mais la question que vous devez vous poser c’est: « Pourquoi ne pas manger un animale qui ne ressent pas la douleur ? », il est admis que les insectes ne ressentent pas la douleur car même après avoir subie d’énorme blessure ils continuent leurs activités normalement quand aux coquillages, tout tend à montrer qu’ils ne ressentent pas non plus de douleur, voilà ce que j’ai trouvé sur un site à ce propos:  » Les coquillages n’ont pas de système nerveux central et ne peuvent donc pas ressentir de la douleur. Quand Christopher Cox, l’auteur de l’article de Slate a demandé par courriel à Peter Singer si un végétalien pouvait manger des huitres, celui-ci a fait preuve d’ouverture : «Ce sujet m’a encore et toujours taraudé ces dernières années. Il y a peut-être un tout petit peu plus de doute sur la manière dont les huîtres pourraient ressentir de la douleur qu’il n’y en a pour les plantes, mais c’est pour moi hautement improbable. Et même si vous pouvez leur accorder le bénéfice du doute, vous pouvez aussi dire que tant qu’on n’aura pas plus de preuve sur cette capacité sensible, le doute est si infime qu’il n’y a aucune raison de ne pas manger d’huîtres élevées dans des parcs durables. » ». Bref, tout ça pour dire que, non je ne suis pas un végétarien stricto sensu, mais quand on me le demande je dit que je le suis par facilité car je n’entre dans aucun cadre, aucune norme, je ne suis pas flexi ni pesco pas non plus un  » “végétarien” qui consomme des fruits de mer » car je ne consomme que des coquillage, pas de crustacé car ils pourraient peut-être ressentir la douleur. Donc si vous avez un nom pour mon régime, je suis preneur.

  • 5 juin 2014 Répondre
    tzc dit:

    Je me pose milles questions, ai de plus en plus « conscience » de la maltraitance engendrée et ai réduit ma consommation de viande de 3/4, je penses aussi et beaucoup à l’environnement, que va t-on laisser à nos enfants; alors je regarde large, le soja ok mais comme cité plus haut il se produit au détriments de beaucoup de forêts et donc forcément d’espèces animales fortement menacées, alors comment faire? j’ai lu un dilemme sur le huffingtonpost et j’aimerais avoir votre avis sur ce dernier, je parle d’un vrai avis plein de conscience :
    3. Une alimentation végétale est-elle forcément innocente?

    Philosopher d’accord, mais pour prendre la bonne décision (pas celle qui vous semble bonne, mais bien celle qui est bonne en soi, puisse-t-elle toutefois exister), encore faut-il être correctement informé. Dans un billet publié par The Conversation, l’un des principaux sites de débat et d’opinion australien, le biologiste Mike Archer rappelle que le végétarisme (et donc le végétalisme et le véganisme) peuvent avoir des effets néfastes sur le bien-être des animaux.

    En Australie, écrit-il, il serait plus respectueux du bien-être des animaux de consommer des protéines animales que végétales. Pourquoi? Parce que les vaches australiennes se nourrissent essentiellement de ce qu’elles trouvent dans leurs pâturages. Elles ne consomment donc que peu ou pas de grain. S’il fallait remplacer les protéines qu’elles fournissent par des protéines végétales, poursuit-il, il faudrait stimuler l’agriculture intensive sur le continent.

    Or les champs dédiés à ce type d’agriculture abritent d’autres animaux, à l’image des souris (décidément). Problème: le climat, écrit-il, peut favoriser leur démographie. C’est ce qu’on appelle une crise d’ancien régime, les souris se multiplient par milliers, elles menacent les cultures, et c’est bien la raison pour laquelle les agriculteurs doivent les empoisonner.

    En Australie, une culture est victime de ce type de crise en moyenne une fois tous les quatre ans. Pour chaque hectare de culture, 500 à 1000 souris par hectare voient le jour pendant cette crise. 80% d’entre elles sont empoisonnées, ce qui implique que 100 souris meurent par an, par hectare en Australie. Chaque hectare rapporte 1,4 tonne de blé en moyenne, contenant 13% de protéines. Produire 100 kilogrammes de protéines reviendrait à tuer au moins 55 souris. La même quantité provenant de viande bovine nécessiterait la mort de 2,2 vaches.

    Si l’on se place du point de vue de la sensibilité des animaux, alors mieux vaut continuer à manger de la viande puisque pour la même quantité de protéine on tuerait 25 fois moins d’animaux sensibles. Certes, personne ne dit qu’il faut forcément remplacer la viande par des protéines provenant du blé, mais l’argument montre que l’équation, moins de viande = plus de terres arables disponibles = meilleur accès à la nourriture pour tous, n’est pas à une contradiction éthique près.

    Alors?

  • 8 juin 2014 Répondre
    Theryca dit:

    Mais pourquoi vous énervez-vous comme ça contre les gens qui cherchent la meilleure façon de se nourrir ? ça vous gratte quelque part ? Il y a la liberté de croyance, de conscience et aussi la liberté de se nourrir comme on aime.
    J’essaie de regarder ma propre expérience, j’ai fait différents essais à différentes périodes de ma vie. Mon entourage sait que je ne mange pas comme eux alors si je dis que je ne mange pas de viande, ils en concluent que je suis végétarienne. Si 5 ans plus tard ils me voient manger du poisson, ils se disent : Ah, c’est une fausse végétarienne ! Tout le monde évolue, tout le monde cherche ce qui lui convient le mieux, car c’est le corps et la santé qui nous indiquent aussi quand et où on est allé trop loin. Je vais donc ajouter une de mes particularités : je n’achète jamais de saumon depuis que je sais que c’est un sous-produit de la pêche. On recherche les femelles pour leurs œufs. Aussitôt pêchées, sur le navire, on leur ouvre le ventre et on leur arrache les œufs pour parfois rejeter le reste dans la mer. On peut aussi être pesco-végétarien et féministe. Il y a plus de 6 milliards d’êtres humains sur la terre, voulez-vous avoir un droit de regard sur la manière de manger de tout ce monde ?

  • 29 juin 2014 Répondre
    Fiorellino dit:

    Je me pose une question : qu’est-ce qui nous prouve que les plantes ne souffrent pas quand on les cueille, coupe, arrache, tue, ou quand on leur enlève leurs fruits (les bébés!). Sans parler des « conditions d’élevage » atroces que constituent l’agriculture industrielle, la monoculture dans des sols appauvris artificiellement maintenus en vie, les pesticides, les machines agricoles… Même si on suppose qu’un « vrai végétarien » ne mange que des fruits et légumes BIO cultivés avec amour dans son potager ou une petite exploitation artisanale, est-ce que la vie végétale a moins de valeur que la vie animale? De nombreuses études prouvent que les plantes communiquent entre elles, qu’elles peuvent ressentir du stress (et modifier leur composition chimique comme les animaux pour réagir face au stress). Ne serait-ce pas la une forme de souffrance, même si elle n’est pas la même que celle des mammifères? Celle des insectes et celle des mollusques n’est d’ailleurs pas la même non plus, bien qu’ils aient comme nous un système nerveux. Définissez- vous donc la souffrance comme la réaction d’un système nerveux? N’est-ce pas un peu réducteur et surtout très « homocentrique » ?(ils ne souffrent pas comme nous donc ils ne souffrent pas)…
    Que penser également de la vie microbienne : les bactéries, levures, moisissures qui nous permettent de fermenter des aliments, de faire lever le pain, de fabriquer des yaourts et fromage (même de soja!), du tempeh, de la choucroute… C’est une forme de vie également. Primitive? Je croyais qu’on ne faisait pas ce type de discrimination…
    Je n’aime pas non plus les étiquettes mais dans les faits on pourrait dire que je suis « flexitarien » ou « neo-vegetarien » selon vos définitions, tout en mangeant également du poisson et des crustacés a l’occasion, sans toutefois me proclamer ni l’un ni l’autre ni vegetarien ni rien du tout, je suis juste un humain omnivore (par nature) qui mange pour se nourrir! Mes choix alimentaires sont principalement liés a des questions de gout (j’ai toujours préféré les fruits, légumes et céréales a la viande), de santé (augmenter la consommation de légumes, diminuer les graisses animales…sans toutefois éliminer les produits animaux dont on sait qu’ils apportent certains nutriments très difficiles a trouver dans le règne végétal, comme la vitamine B12), et aussi de budget (il faut le dire : 1 kg de lentilles est beaucoup moins cher qu’1kg de boeuf!).
    Je ne prétend pas que mes raisons soient « bonnes » et je n’aime pas plus que vous l’idée de faire souffrir des animaux (sans parler des conditions d’élevage absolument révoltantes) ou de tuer d’autres êtres pour pouvoir vivre, mais n’est-ce pas la une des lois de la nature? Il me semble que la plupart des êtres vivants se développent aux dépens d’autres espèces et l’intelligence de la nature est justement de maintenir l’écosystème en équilibre (a savoir aussi que cet équilibre évolue selon les lois naturelles de l’évolution)… L’être humain est tellement imbu de lui-même qu’il pense être au dessus de toute cela et être plus intelligent que la nature… Nos bêtises conduiront simplement a notre perte, l’écosystème continuera son évolution… Je pense qu’il est juste de réduire sa consommation de viande et de choisir des viandes de qualité pour ne pas cautionner l’élevage industriel et également dans une optique de durabilité de notre propre espèce (si tous les êtres humains mangeaient de la viande tous les jours, il faudrait plusieurs planètes pour nous nourrir…), je pense que cela est également juste pour notre santé. Mais n’est-il pas un peu hypocrite de dire que l’on est vegetarien pour ne pas faire souffrir les animaux, par respect de la vie et de proclamer que l’on ne fait pas de discrimination dans les espèces?

  • 7 juillet 2014 Répondre
    cha.net dit:

    J’avoue que je suis un peu déçu parce que je lis , je suis d’accord avec certains dire soit on mange de la viande soit on en mange pas mais je pense qu’il faut aussi prendre en considération leurs efforts . Mais , je dis bien mais , je ne dis ça que pour les personnes qui le veulent vraiment pas ceux qui le deviennent juste par effet de mode, sans conviction et qui répète a qui veut entendre qu’il végétarien , pesco , etc … juste pour le style ce qui dans l’histoire devrait tout de meme etre un meilleur sujet de critique . Je trouve que critiquer ainsi ceux qui tentent de faire un effort et qui ne peuvent pour certains (pour raison médicale , grande habitude de manger de la viande etc…) ne peuvent n’arrive pas a arrêter tout de suite reviens a critiquer comme le font si bien les consommateurs de viande qui trouve qu’etre vegetarien /vegetalien/ vegane c’est ridicule et tralala est ridicule . Tout comme j’aimerais qu’on respecte mon régime alimentaire et monde mode de vie , je respecte le leur (Enfin sauf si ne le respecte pas). Enfin voilà sinon j’ai trouvé cet article intéressant .

  • 19 juillet 2014 Répondre
    arf dit:

    Le but, c’est de faire des moines parfait du veganisme ou d’obtenir l’abolition des abattoirs ? Encore un article de parfait… Mais il n’y a plus de bûcher pour juger de la pureté…

  • 22 juillet 2014 Répondre
    laloicpasmoi dit:

    Les gens omnivores sont souvent des « cons-magnions » , pour eux , un végétarien n’est rien d’autre
    qu’un VEGETOSrien (ex : tu mange des légumes toi ?! hein! et le riz tu en mange ? …).
    Je suis pattiseriesvore – pâtisseries au lait entier et aux œufs,dans les deux cas pour
    moi il n’y a pas mort donc aucune souffrance .Ensuite je me dit pesco-végétarien or je déteste
    les légumes sauf si fromage crème sont présents.Pour le poisson j’evite si possible . Entre parenthèse on ne peut pas en vouloir
    aux personnes qui consommes de la viandes dans la mesure ou les super hypermarché incite à la
    consommation pour faire court . La viande et toute la faune aquatique ne sert a rien dans l’alimentation
    de l’hommes (cela sera prouvé d’ici 500 ans les amis (avec modestie pour l’estimation )
    .Le croromagnons que nous sommes n’as pas l’intention de laisser tomber son nonos qu’il s’acharne à rogner
    …ben jusqu’à l’os!Personnellement les pays industrialisé ont de quoi offrir (on sait bien faire des
    imprimantes 3d pour le plastique qui pour moi est peu malléable (…) Alors imaginer pour de la boof .
    En bref nous subissons un héritage anciens dont l’homme s’efforce de perpétuer.
    Sinon la question a 100 balles :
    les végétos ressentes t’ils la douleurs ,
    un thon a t’il autant de nerf de douleur
    qu’une volaille…(et pour les sticmous) ?
    Mais l’home est-il pret a changer ?
    Moi rien que pour embeter les omnivores je mangerai bien de l’humain tout les jours
    (les moins de 50 ans qui meurts pour un oui ou un non bien entendu – et il parait même que ce n’est pas si mauvais).
    Ouais tout a fait pour polémiquer et pour les proteines – ça ferait la chaines alimentaire revenir en arrière.
    L’homme se croit supérieur ,bien alors quel serait son attitude face à un extraterrestre d’une conscience supérieur
    désireux de manger ce joli spécimen nourit par des créatures jugé inférieur.
    Les extraterrestre existe selon la théorie de Drake qui n’est qu’une formule prenant en compte le nombre d’etoile
    ressamblant au soleil dont le système abriterai une exoplanète .Ce que je dis c’est pas qu’ils sont sur Terre j’hypothèse
    simplement sur la réaction de Mr Jemangedetout « consciement » devant sa déité on va dire qui a le ventre qui gargouille.
    Autrement dit d’un point de vue etudes et recherche si pour manger de la viande vous deviez allez la chercher avec votre
    couteaux sur l’animale encore vivant à l’abatoir j’en connais beaucoup qui se metterais au poisson (un ex…) ou autre

  • 24 juillet 2014 Répondre
    Arza dit:

    Bonjour,

    Je suis tombée sur ce post, l’ai lu. J’ai également lu tous les commentaires et relus le post.
    Même si je trouve le texte un peu dur (mais pas trop), je peux le comprendre. C’est ce que j’explique à mes enfants : n’utilise pas un mot dont tu ne connais pas la définition.
    La plupart des commentaires que j’ai lus sont beaucoup plus désobligeants que l’article.
    Mon médecin m’a affirmé hier qu’il faut que je me tourne vers une alimentation plus végétarienne. Du coup depuis hier je me renseigne.
    Je suis carnivore convaincue et sans en être fière je l’assume complétement (je n’ai pas trop réfléchi à la cause animale et ne souhaite pas le faire).
    Si aujourd’hui je dois faire évoluer ma façon de manger c’est pour ma santé.
    Comment appelle-t-on un flexi végétarien (ben oui si il faut utiliser cette étiquette…) qui ne consomme pas de soja (je souffre d’hypothyroïdie) ? Quelle étiquette les puristes vont-ils me mettre ? Alors oui il faut aussi que je consomme des produits iodés, et franchement la salicorne, ça va bien un temps.
    A la lumière de tout ce que j’ai lu sur différents sites, flexi est mon devenir pour le moment. Après… Mais je ne me dirais pas végétarienne. Je dirais juste « je mange beaucoup moins de viande »
    J’ai apprécié cet article qui permet de clarifier la terminologie… pour le reste, pour ceux qui se sentent insultés, agressés, dénigrés… Arrêtez de vous prendre la tête ! Ce qui est important ce sont vos actes, le reste… pfffffffff.

  • 7 août 2014 Répondre
    LapinBlanc dit:

    Hyper intéressant, je me fiche pas mal des étiquettes, mais c’est toujours bien de savoir dire ce que l’on est.

  • 8 août 2014 Répondre
    audrey dit:

    On n’a pas la rage, mais ça induit les gens qui ne s’intéressent pas au végétarisme et voient encore ça d’un mauvais oeil en erreur.
    Les pesco-végétariens ou volaillo-végétariens sont vus par ces gens comme des végétariens qui ont quand même la tête sur les épaules et ne vont pas finir maigres et carencés comme ces « autres végétariens » extrémistes et difficiles qui ne mangent que des graines et de la salade :D et ça rend flou et difficile la démarche, on ne peut expliquer le concept d’antispécisme à quelqu’un s’il pense qu’on mange encore poisson ou poulet, même à Noël, il nous dira incohérent.

    J’ai mangé en grande partie végétarien pendant longtemps, comme toi, 90% du temps. Quand on me disait « Mais toi t’es végétarienne », je disais non, parce que la veille j’avais mangé du veau pour Pâques pour pas froisser la belle famille.

    Je ne pense pas être radicale, je suis juste en général une amoureuse des mots, et quand on ne sait pas exactement la définition des mots, ils perdent de leur sens et l’on en fait n’importe quoi. (cf. 1984 et les nanas qui sont contre le féminisme en ce moment, sans savoir ce que c’est vraiment).

    L’ignorance et les approximations de langage peuvent être dangereux.
    Les politiciens usent de cela très souvent.

Laisser un commentaire:Obtenir un Gravatar

*requis

*requis - ne sera pas publié



CommentLuv badge

Et aussi, en Alsace...
... Ou ailleurs sur la toile
A découvrir
Association Végétarienne de France Voir le site de OneVoice

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera
Email
Print