Animalus politicus

Ah, la politique… Mon petit doigt me dit que vous en entendez assez parler en ce moment ; avec, entre autres, les affiches électorales placardées partout, les manchettes de journaux qui font leurs accroches sur le match présidentiel, les chaines info qui proposent des débats avec ou sans les candidats eux-mêmes, et la flopée des petites phrases assassines du moment twittées dans la seconde qui suit…

C’est donc dans l’espoir de changer un peu d’air que je me suis baladée sur divers forums végétariens tout au long de la semaine. Mais c’est loupé, car je suis tombée sur le site Politique & animaux.

Le but de  cette page est de savoir si les candidats à l’élection présidentielle tiennent compte de la cause animale dans leur campagne. Remarquez que s’ils veulent être élus, ils n’ont peut-être pas trop intérêt à se revendiquer végétaliens anti-agriculture conventionnelle, sous peine de perdre les voix des agriculteurs, du secteur de la restauration, et de ne pouvoir ensuite fêter leur sacre au Fouquet’s. Mais je m’égare, là.

Cette page répertorie ainsi les différents candidats à l’élection et leur attribue une notation et un code couleur en rapport à leurs déclarations au sujet de la condition animale, que voici :

  • Agit pour les animaux : vert foncé. Le top. Ne concerne aucun candidat. Ca, c’est fait.
  • Penche pour les animaux : vert clair. Concerne la majorité des candidats, dont les déclarations semblent prendre en compte la souffrance animale et qui ont même fait quelques propositions en ce sens (même si, avant la campagne présidentielle, nombre d’entre eux n’en avaient rien à cirer).
  • Penche contre les animaux : orange. On a cette fois affaire à 2 candidats qui ont fait des petites propositions timides, floues, bref qui jouent la langue de bois sur le thème de la condition animale, lorsqu’ils en parlent.
  • Agit contre les animaux : rouge. Concerne là aussi 2 candidats. Ceux-ci ont une position notoirement spéciste et ont d’autres chats à fouetter, si je peux me permettre cette expression. L’animal est considéré comme une marchandise, un bien de consommation, mais aucunement comme un être sentient méritant notre respect.

Ainsi, on obtient le petit visuel que voici (cliquez sur l’image pour accéder au site) :

animaux politiques

Si vous cliquez ensuite sur la tête de l’animal politique qui vous intéresse (ou qui vous horripile, ça marche aussi), vous avez accès, comme sur un site de rencontre, à son profil détaillé.

Par exemple, pour Philippe Poutou, seul candidat à n’avoir récolté aucune pastille orange, et qui est donc plus vert que les verts à ce point de vue :

Vous pouvez ensuite cliquer sur chaque catégorie pour plus de détails, et consulter un référencement de ses déclarations sur le thème en question.

La page relative à chaque candidat référence également ses dernières prises de positions : on y apprend que le 26 mars 2012, Eva Joly s’est exprimée contre la création d’un ministère ou d’un secrétariat d’état à la condition animale ; ou encore que le 13 avril 2012, Marine Le Pen a affirmé à la fondation 30 millions d’amis vouloir faire entrer l’animal dans le code civil dans une catégorie qui lui serait dédiée, afin qu’il ne soit plus considéré comme un bien meuble.

Ce qui permet également de relever quelques incohérences, voire des prises de positions en escaliers, telles que celles de François Hollande sur le thème de l’élevage :

Dans le même ordre d’idée, la page Présidentielles 2012 de 30 millions d’amis vous permet de comparer le programme des candidats relatif à la protection animale, sur 10 thèmes différents : régime juridique de l’animal, trafic d’animaux de compagnie, expérimentation animale, corrida, élevage – transport –abattage, fourrure, chasse et faune sauvage, animaux de cirque, éducation, et enfin organisation des services administratifs.

La Fondation a ainsi adressé le même questionnaire à chaque candidat ; le classement de ceux-ci a été fait par ordre alphabétique, et le site précise si les réponses ont été obtenues après celles d’un candidat concurrent. Vous pouvez trouver ici le dossier envoyé aux candidats (en pdf) et là le communiqué de presse de la Fondation 30 millions d’amis (en pdf aussi) suite aux réponses des candidats.

Le site One Voice propose également une action similaire et laisse libre accès aux réponses des candidats qui ont bien voulu répondre : autrement dit, 2 pelés.

Idem pour NéoPlanète, qui s’est associé à L214 pour envoyer un questionnaire aux candidats concernant leur position sur l’écologie et la condition animale.

Enfin, le réseau Droit des animaux, lui ne s’embête pas avec des tableaux comparatifs et relevés des déclarations des candidats : dogmatisme bonjour, voici en effet les consignes de vote (pdf) de l’association !

A 48h du premier tour, je souhaite une bonne lecture aux non-abstentionnistes !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Aucun commentaire pour l'instant.
Laisser un commentaire:Obtenir un Gravatar

*requis

*requis - ne sera pas publié



CommentLuv badge

Et aussi, en Alsace...
... Ou ailleurs sur la toile
A découvrir
Association Végétarienne de France Voir le site de OneVoice

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera
Email
Print